REPRISE DES COURS : le Conseil de l’université rallonge les soucis étudiants. Questions au professeur Abou Karamoko


Une année académique en 4 mois ! La décision prise par le conseil de l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan pour la réouverture de la première université de Côte d’Ivoire rallonge l’interminable liste des soucis étudiants. Questions donc au professeur Abou Karamoko.


Le Conseil de l’université Felix Houphouët-Boigny avec à sa tête le professeur Abou Karamoko, président de ladite université, s’est réuni le jeudi 28 mai 2020 pour arrêter la stratégie idoine à suivre suite à l’annonce du président de la République concernant la reprise des cours à l’enseignement supérieur.

Année académique en 4 mois !

Il ressort essentiellement de cette rencontre des mesures qui tiendraient de l’impossible pour les personnes non habituées du système. Ce sont entre autres une année académique tenant en 4 mois au maximum. Soit deux mois par « semestre ». Cela à cause du retard accumulé au fil des années dans certaines UFR. Des délais presqu’impossibles à respecter à cause du trop grand nombre d’étudiants, l’instauration quasi continue d’une session unique sans rattrapage…

Travaux dirigés obligatoirement en ligne

Si les étudiants sont habitués à ces mesures, un nouvel élément vient s’ajouter à l’interminable liste de soucis. En effet, le Conseil de l’université a décidé, pour sauver la face ou éviter aux étudiants une année blanche l’on ne saurait le dire, que les cours magistraux et les travaux dirigés se feront obligatoirement en ligne pour toutes les UFR et tous les niveaux d’étude. Ainsi décrit, il n’y a à priori aucun souci, mais en examinant un peu plus… Le schéma est assez simple. Pour pouvoir suivre les cours en ligne, il faudrait un accès à internet, et pour accéder à internet il faut un smartphone ou un ordinateur.

Questions au professeur Abou Karamoko

La question est donc combien d’étudiants pourront suivre les cours ? Combien sont-ils à avoir un smartphone et/ou un ordinateur ? Combien ont accès à une connexion internet illimité (wifi) ? Combien peuvent-ils se payer un forfait internet ? Combien, quand ils se retrouvent souvent à 10 ou 15 dans les chambres des cités universitaires, que certains dorment dans les amphithéâtres, les toilettes, sous les ponts ? Combien, quand d’autres peuvent à peine s’offrir un repas par jour ? Combien, quand ils vivent loin de leurs parents ou que ceux-ci ont à peine de quoi survenir à leurs propres besoins ?

Mesures inadaptées

Les mesures prises sont inadaptées à la réalité du système universitaire qui n’est pas vraiment avancé, si l’on tient compte des nombreuses erreurs dues au système informatique assez souvent défaillant (omissions fréquentes des notes ou moyennes, le problème des étudiants non-répertoriés dans les facultés qu’il faut…)

L’université Félix Houphouët-Boigny n’est pas préparé à un tel changement. Si la faisabilité des cours en ligne semble difficile, rattraper toutes les années de retard des différentes facultés en seulement 3 mois tiendrait du miracle. Deux fois plus de boulot pour les enseignants et un triple effort à fournir pour les étudiants. C’est à se demander si l’administration tient compte des réalités lors de ses prises de décisions ? Les différentes parties sont-elles équitablement représentées ? Arrêtera-t-elle un jour de se voiler la face ? De présenter une évolution fictive dont-elle n’est elle-même pas convaincue ? Prendra-t-elle enfin ses responsabilités et adoptera la stratégie qui permettra à cette université jadis brillante de se remettre en selle ?


S.D                        

Une pensée sur “REPRISE DES COURS : le Conseil de l’université rallonge les soucis étudiants. Questions au professeur Abou Karamoko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

REPRISE DES COURS : le Conseil de l’université rallonge les soucis étudiants. Questions au professeur Abou Karamoko

par Civnewsafrik temps de lecture: 3 min
1