Après avoir entretenu ambiguïté sur son entrée dans l’arène politique pendant des mois, le financier Tidjane Thiam va finalement se cantonner à un rôle de soutien du futur candidat du PDCI, Henri Konan Bédié. Et pour cause, l’article 55 de la constitution l’écarte définitivement, à l’instar de tous les autres prétendants à la candidature du PDCI-RDA, pour double nationalité.


“Mandaté par l’Union Africaine, l’ancien directeur du Crédit suisse, Tidjane Thiam, tente depuis plusieurs mois de convaincre, avec plusieurs autres banquiers (Africa Intelligence du 16/04/20), les détenteurs d’eurobonds africains de surseoir aux échéances de remboursement. En parallèle, il a prévu de rentrer à Abidjan avant la fin du mois. Il doit s’installer dans le quartier dit de ‘’Beverly Hills’’ de la capitale ivoirienne. Mais malgré l’activisme, sur place, de son frère Abel Aziz Thiam, de son neveu Ismaël Thiam et surtout de sa sœur ainée Yamousso Thiam, animateurs du collectif ‘’Les amis de Tidjane Thiam’’ sur les réseaux sociaux, le banquier ne participera que de loin à la campagne présidentielle.

Une candidature impossible

Lorsqu’ Africa Intelligence avait révélé, début avril, que Thiam multipliait les contacts en vue de cette échéance électorale (Africa Intelligence du 08/04/20), son premier cercle avait vigoureusement protesté, avant que Thiam lui-même ne reconnaisse, le 29 avril sur TV5 Monde, qu’il réfléchissait à jouer un rôle. A ce moment-là, le financier hésitait entre mener une campagne virtuelle, sur le modèle de La République en marche d’Emmanuel Macron (Africa Intelligence du 22/01/20), ou bien se faire investir par un parti. Mais le 3e alinéa de l’article 55 de la constitution ivoirienne, qui précise que les candidats doivent être ‘’exclusivement ivoiriens’’, s’est avéré un obstacle : Thiam a également la nationalité française et il aurait dû y renoncer pour concourir.

Autre aléa : son patrimoine personnel. Si nombre de candidats ne font pas mystère de leur richesse, aucun n’a vu le montant de sa fortune rendu public. Or il suffit de compiler les rapports financiers du Crédit suisse et de l’assureur britannique Prudential, que Thiam a dirigé de 2009 à 2015, pour avoir une estimation grossière des bens de ce dernier. En un peu moins de six ans, Prudential lui a versé 47 millions de livres (57 millions d’euros), à quoi s’ajoutent les 26 millions de francs suisses (24 millions d’euros) reçus du Crédit suisse ces cinq dernières années. Et la banque va continuer à lui verser des compléments de salaire dans les prochaines années pour environs 24 millions de francs suisses (22 millions d’euros)

Devant les possibilités de se lancer lui-même, le financier s’est rapproché d’Henri Konan Bédié qui doit dans les prochains jours recevoir l’investiture du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Les deux hommes, qui n’ont pas eu de contact pendant plusieurs années, se parlent désormais régulièrement. Dès son retour à Abidjan Tidjane Thiam rejoindra la campagne de l’ex-président, dont il fut le ministre du Plan de 1998 à 1999″.

LC du 09 juin 2020 (Africa intelligence)

12 pensées sur “PRESIDENTIELLE 2020 : Tidjane Thiam de retour à Abidjan pour jouer les seconds rôles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PRESIDENTIELLE 2020 : Tidjane Thiam de retour à Abidjan pour jouer les seconds rôles

par Civnewsafrik temps de lecture: 2 min
12