CÔTE D’IVOIRE : fortes menaces terroristes à Abidjan et grandes villes, l’armée française appelée en renfort débarque


« Le risque de nouvelles représailles ou offensives de la part des GAT demeure élevé dans la zone frontalière ivoiro-burkinabé. La menace terroriste est par conséquent également plus forte à Abidjan et dans les grandes villes du pays ».


C’est la conclusion cinglante des renseignements occidentaux basés à Abidjan suite aux attaques des positions militaires à Kafolo et Gbély dans le Nord Ivoirien qui ont fait 12 morts 8 blessés et des militaires portés disparus. La Côte d’Ivoire s’installe donc de ce fait dans le niveau de risque numéro 3, niveau dit sensible.

Pour le régime du RHDP, la pilule est trop amère et difficile à avaler au point où il a fait appel à l’armée française qui aurait embarqué le vendredi, par un vol spécial, à l’aéroport Roissy Charles De Gaulle aux environs de 8h (heure de Paris) pour Abidjan. Objet de la mission : « apporter leur aide à la Côte d’Ivoire dans la gestion de la menace djihadiste qui se dessine dans ce pays », note une source parisienne.


11062020_ISAO_Alerte_RCI_Attaque-terroriste-Kafolo-1

En attendant les renseignements occidentaux en Côte d’Ivoire ont fait trois recommandations à leurs ressortissants : « éviter tout déplacement dans le Nord de la Côte d’Ivoire frontalier du Burkina Faso, en particulier dans les régions du Tchologo (Kong, Ouangolodougou, Ferkéssédougou) et du Bounkani (Bouna, Doropo, Nassian, Téhini, Bolè) ; Solliciter une escorte si déplacement impératif ; Vigilance accrue dans les lieux exposés sur Abidjan (hôtels, restaurants, centres commerciaux ».

Pour ces services occidentaux, les attaques de Kafolo et Gbély sont les premières attaques terroristes sur le sol ivoirien depuis l’attentat de Grand Bassam en mars 2016 revendiqué par AQMI.

Soulignant à souhait que ces attaques sont probablement une riposte des combattants du Groupe Armé Terroriste (GAT) « Katiba Macina » dirigée par le malien Amadou Koufa et affiliée au GSIM (Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans), une branche d’AQMI. Et ces attaques du 10 et 11 juin au Nord de la Côte d’Ivoire seraient en réaction de l’opération de démantèlement d’une cellule terroriste initiée conjointement par les armées ivoirienne et burkinabé à la frontière ivoiro-burkinabée, le 13 mai dernier et dénommée « Comoé ». Laquelle opération avait fait 8 terroristes tués contre 38 autres interpellés dont 24 au Burkina et 14 en Côte d’Ivoire.

Toutes choses qui font dire aux grandes oreilles occidentales à Abidjan que « plus d’un an après le début de l’infiltration du Nord ivoirien, les éléments des GAT disposent désormais d’un réseau d’informateurs et de capacités suffisantes pour mener des raids contre des cibles ivoiriennes ».


A RELIRE AUSSI: // CÔTE D’IVOIRE : après Kafolo, Gbéya attaqué : 2 militaires blessés. A qui profite ces attaques des positions de l’armée?


Si à cette situation, il faut adjoindre la pagaille organisationnelle au sein de l’armée, doublée des milices claniques au sein du régime RHDP, le cocktail explosif d’insécurité n’attend que la première petite étincelle… et vlan…

Dommage qu’après plus de 60 années d’indépendance, la Côte d’Ivoire, le régime RHDP et ses « technocrates » qui avaient tout « bouclé, calé et géré » en sont à appeler les « tontons français » au secours. La rébellion de 2002 à 2010 qui a divisé le pays en deux n’a pas fait qu’expédier le RDR au pouvoir…

AY.

3 pensées sur “CÔTE D’IVOIRE : fortes menaces terroristes à Abidjan et grandes villes, l’armée française appelée en renfort débarque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CÔTE D’IVOIRE : fortes menaces terroristes à Abidjan et grandes villes, l’armée française appelée en renfort débarque

par Civnewsafrik temps de lecture: 2 min
3