PRESIDENTIELLE 2020 : Bédié, Soro, PDCI et le FPI dans le rétroviseur de Gon Coulibaly qui annonce avant terme la victoire du RHDP


C’est dans les locaux de la primature ce 08 Décembre 2019, que le premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly, a livré sa pensée au cours d’une interview accordée à l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, sur sa possible candidature à l’élection présidentielle de 2020. De l’impact réel de Guillaume Soro dans le Nord du pays, et l’avenir politique que devrait avoir le président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié, Amadou Gon Coulibaly distribue les rôles.


En effet, pressenti pour être le choix d’Alassane Ouattara, à l’élection présidentielle d’Octobre 2020, le chef du gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, qui ignore encore le mode de désignation par lequel le candidat RHDP sera investi (par congrès, par convention, ou par primaires), reste pour autant catégorique sur un fait, et non des moindre. C’est que lui et ses compagnons (le RHDP au grand complet) s’engageront pour le candidat que Alassane Ouattara choisira. « Nous nous alignerons sur le choix du président de la république, et, avec son soutien, le RHDP gagnera », a-t-il fait savoir.


Evoquant la candidature d’Henri Konan Bédié, il suggère à ce dernier d’aller plutôt se reposer, son temps étant passé. « A titre personnel, je considère qu’il a fait son temps et que le moment est venu pour lui de se reposer, de jouer le rôle de sage, de partager son expérience avec les nouvelles générations », a-t-il souhaité. Il a toutefois tenu à préciser que les modifications annoncées dans la récente constitution, n’auront pas pour but d’écarter de potentiels candidats, mais plutôt d’y apporter des réglages nécessaires afin de renforcer les institutions. « L’objectif de cette révision ne saurait être d’exclure qui que ce soit. La question de la limite d’âge ne se pose donc pas », a-t-il dit. Avant d’ajouter en sus, concernant Guillaume Soro, et sur son supposé poids dans le Nord, qu’il n’y avait pas lieu de s’en faire au RHDP, car ce dernier ne pesant pas grand-chose dans le Nord du pays. Pas qu’en cas d’élection il n’obtiendrait aucune voix, mais « je ne crois pas à une percé significative », a-t-il clarifié.

A LIRE AUSSI://ECHANGEUR DE TREICHVILLE : Ouattara inaugure l’ouvrage d’un coût de plus 32. 5 milliards et annonce trois échangeurs sur le boulevard Mitterrand

Pour lui, le départ de ces deux ténors de la politique ivoirienne du RHDP ne doit tromper personne, pour la simple raison que les progrès réalisés dans ce pays l’ont été sans eux. « L’équipe qui était en place lorsque le RHDP est arrivé aux affaires en 2011 est toujours là. A l’exception, c’est vrai, de Bédié, mais celui-ci présidait le PDCI et n’était pas associé à la gestion de l’exécutif du pays. Et de Soro, qui était président de l’assemblé nationale et n’était donc pas, lui non plus, membre de l’exécutif, sauf au tout début, à titre temporaire. Je considère donc que ceux qui ont géré la Côte d’Ivoire ces dernières années, ceux qui ont rendu possible son spectaculaire progrès économique et social, sont tous membre du RHDP », a martelé Amadou Gon Coulibaly.

Pour le premier ministre Gon Coulibaly, Bédié et Soro n’ont donc rien fait dans la réalisation de ce que certains surnomme le ‘’second miracle ivoirien’’ ! Pis, ils n’ont aucune responsabilité et ne peuvent se prévaloir d’aucune paternité dans les réalisations de Alassane Ouattara.

A LIRE AUSSI://RHDP-SORO : Ouattara demande à Bictogo, Adjoumani etc. de ménager le «jeune rebelle », est-ce par peur ou pure stratégie?

Pourtant les réalisations d’avril 2011 à ce jour sous Alassane Ouattara ont ceci de particulier qu’elles étaient déjà répertoriées et figuraient dans le livre programme de Henri Konan Bédié « les 12 travaux de l’éléphant d’Afrique » initié en 1996 par le président du président du PDCI-RDA. Entre autres projets contenus dans ce livre programme, il y a le troisième pont d’Abidjan (Pont à péage Rivera-Marcory) ; le Stade Olympique dé Yopougon (devenu Stade d’Ebimpé) ; le 4ème pont Yopougon-plateau et bien d’autres…. Même que les populations dans l’emprise du projet avaient été répertoriées et dédommagées sous Henri Konan Bédié. L’emplacement actuel du Maquis-restaurant la Bâche Bleue au carrefour aéroport en est une parfaite illustration.  Les premiers coups de pioches des travaux de construction du troisième pont d’Abidjan avaient été donnés sous Guillaume Kagbafori Soro alors premier ministre, le 7 septembre 2011.

Pour l’homme fort du gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, la plateforme non idéologique de l’opposition fondée par Henri Konan Bédié n’est pas suffisamment significative pour s’opposer au RHDP. « Regardons de plus près ce que c’est que cette plateforme. En 2010, vous aviez trois grandes formations politiques ; le RDR (Rassemblement des républicain) du président Ouattara, le FPI (Front populaire ivoirien), et  le PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire) de Bédié. Aujourd’hui, le PDCI ne représente plus que 40% de ce qu’il était à l’époque. Et je n’insisterai pas sur les difficultés auxquelles le FPI est confronté pour des raisons de querelles internes. Reste le RHDP, qui regroupe le RDR de l’époque, plus une large partie du PDCI, d’autres partis politiques, ainsi que nombre d’Ivoiriens qui croient aux idéaux de paix et de développement et approuvent le leadership du président Ouattara », a-t-il expliqué pour justifier la victoire du RHDP à la présidentielle de 2020.


Jean Cyriel A

Commentaires