COUP D’ETAT, DETOURNEMENT DENIERS PUBLICS : le procureur de la République d’Abidjan s’explique sur le cas SORO


La cour de Cassation a débouté le procureur Richard Adou ! La cour de cassation l’a renvoyé à ses copies ! Et ce, pour des faits de présomptions graves de tentative d’atteinte contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national. Qu’en dit le procureur Richard Adou ?


« Par requête en date du 07 janvier 2020, le procureur de la république d’Abidjan a saisi la cour de cassation aux fins de la désignation d’un membre de cette cour pour procéder à des actes d’instruction dans la procédure initiée à l’encontre de Monsieur Soro Kigbafori Guillaume, pour des faits de recel de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux.

Cette requête a été adressée à la haute juridiction, eu égard à la qualité de membre  du mis en cause au moment de la commission des faits à lui reprochés.

Par arrêt en date du 07 janvier 2020, la cour de cassation a fait droit à ladite demande en désignant l’un de ses membres qui devra procéder à l’instruction de cette procédure, en application des dispositions de l’article 695 du code de procédure pénale.

La procédure ainsi décrite ne concerne que Monsieur Soro Kigbafori Guillaume en sa qualité de membre du gouvernement au moment des faits et uniquement pour les faits de recel de détournement de deniers publics et de blanchiment de capitaux.

Les autres personnes impliquées dans cette procédure demeurent poursuivies devant le doyen des  juges d’instruction du Tribunal de première instance d’Abidjan.

A LIRE AUSSI://SITUATION SOCIO-POLITIQUE : le message sans équivoque des Evêques à Ouattara en quatre recommandations

Il convient d’indiquer qu’après l’instruction du dossier devant le magistrat désigné par la cour de cassation, et si celui-ci retient à l’encontre de Monsieur Soro Kigbafori Guillaume, des charges suffisantes, il ordonnera son renvoi devant un Tribunal pour son jugement.

S’agissant des faits d’attentat et de complot contre l’autorité de l’Etat, et l’intégrité du territoire national, leur poursuite n’obéit à aucune autre formalité particulière, conformément aux dispositions des articles 7 et 31 de la loi n° 2005-201 du 16 juin 2005 portant statut d’anciens présidents de la République ».


Je vous remercie.

Fait à Abidjan, le 20 janvier 2020.

Commentaires

error: Content is protected !!