INAUGURATION DU CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : Abidjan créé un incident diplomatique avec Alger


Selon Algérie Presse Service (APS), l’agence de presse officielle, le ministère algérien des Affaires étrangères a rappelé son ambassadeur en Côte d’Ivoire pour «consultations», suite à l’ouverture le mardi 18 février 2020 du consulat général de Côte d’Ivoire à Laäyoune au nord du Sahara Occidental, par Aly Coulibaly, ministre ivoirien de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur. C’est un incident diplomatique dont se serait bien passé la Côte d’Ivoire à moins de neuf mois d’une élection présidentielle sous tension.

«Le ministère des Affaires étrangères a décidé de rappeler, pour consultations, l’ambassadeur d’Algérie en Côte d’Ivoire, suite aux déclarations sibyllines et insidieuses du ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, lors de l’ouverture d’un prétendu consulat de Côte d’Ivoire à Laäyoune, au Sahara occidental», peut-on lire dans le communiqué de l’APS en date du jeudi 20 février 2020. De l’avis des autorités algériennes, cet acte ; « intervient au mépris des principes et des objectifs consacrés par l’acte constitutif de l’Union africaine, notamment l’impératif d’unité et de solidarité entre les peuples d’Afrique et la défense de l’intégrité territoriale et l’indépendance des pays membres de l’Union. »

Cette décision d’Alger intervient en réaction aux déclarations du ministre ivoirien de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’étranger. « En matière de politique étrangère, comme dans d’autres domaines, nous nous gardons de donner des leçons de morale, de même nous n’entendons pas qu’on nous dicte ce que nous devons faire ou ne pas faire. C’est un principe cardinal auquel nous tenons (…) La décision d’ouvrir un consulat général à Laâyoune est une décision que nous assumons pleinement parce qu’elle relève de notre souveraineté (et) parce qu’elle est conforme à nos intérêts et nos valeurs (…) Cet acte ne doit donner lieu à une quelconque polémique que ce soit, puisque la Côte d’Ivoire n’a jamais fait de mystère de son soutien à la marocanité du Sahara. Enfin ouvrir un consulat général dans cette région stratégique à vocation internationale indéniable s’inscrit donc dans l’ordre normal des choses », a déclaré Ally Coulibaly, lors de l’inauguration du consulat ivoirien.

L’ouverture du consulat ivoirien à Laâyoune  avait été annoncée fin janvier 2020, par le porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Touré, à l’issue d’un conseil des ministres. « Cette mesure vise à rapprocher davantage l’administration consulaire des ressortissants ivoiriens vivant dans le Sud marocain et à renforcer leur protection consulaire et permettra, en outre, de consolider les liens d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays », justifiait Sidi Touré. 

La Côte d’Ivoire devient ainsi le sixième pays africain après l’Union des Comores, le Gabon, Sao Tomé-et-Principe, la République centrafricaine, et la Guinée, à reconnaitre la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental.

De quoi, impacter négativement les relations entre Abidjan et Alger.  En  mai 2016, les chefs d’Etat ivoirien et algérien ont donné un coup d’accélérateur aux relations entre leur deux pays en  signant trois accords de coopération dans les domaines de l’agriculture, de l’enseignement et de la diplomatie. A l’occasion, ils ont procédé au  lancement de négociations pour la livraison de gaz naturel algérien et l’ouverture du marché ivoirien aux investisseurs algériens.

Ancienne colonie, le Sahara Occidental est jusqu’à ce jour, toujours classée, « territoire non autonome » par l’ONU en l’absence d’un règlement définitif de cette région disputée par le Maroc (qui contrôle 80 % du territoire) et les indépendantistes du Front Polisario (soutenus par l’Algérie) qui contrôlent les 20% du territoire restant. Ce mouvement, dont l’objectif est l’indépendance totale du Sahara occidental à proclamée en 1976 la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Toutefois, face au contrôle quasi absolu du territoire par le Maroc, ces derniers (les indépendantistes du Front Polisario) réclament depuis des années un référendum d’autonomisation pour les populations sahraouies.


JCA    

Commentaires

error: Content is protected !!