CNI PAYANTE, REVISION CONSTITUTIONNELLE : Daoukro, Bouaflé et Gagnoa marchent pour dire non !


Gratuité de la Carte nationale d’identité (CNI). Non à la Révision constitutionnelle. Voici les raisons qui ont poussé les populations des localités de Daoukro, Bouaflé, et Gagnoa à descendre dans les rues, ce mardi 17 mars, en signe de protestation.


Munies de pancartes sur lesquelles on pouvait lire ; « Non à la révision de la constitution », elles sont descendues dans les rues des  villes de Daoukro, Bouaflé et Gagnoa. Bandeau rouge sur la tête pour certaines, ces populations exigent la gratuité de la carte nationale d’identité en lieu et place du paiement de la somme de 5000 F CFA, qu’elles assimilent à du racket.

A Bouaflé, les jeunes ont brûlé des pneus usagers avant de se disperser.

A Daoukro, les manifestants  ont été reçus par le préfet de région qui a promis remonter leurs préoccupations.

Dans ces trois villes, les protestataires estiment que la révision constitutionnelle dont le projet de loi a été adopté ce 17 mars 2020 constitue une tentative de ‘’braquage’’ voire un ‘’coup d’Etat’’ constitutionnelle destiné, pour le régime, à confisquer le pouvoir. Ce à quoi ils comptent s’opposer vigoureusement.  Si pour l’heure, le calme semble s’être revenu, tout porte à croire que les manifestations amorcées risquent de se démultiplier dans les jours à venir…


JCA

Commentaires