RESPECT DES MESURES CONTRE LE CORONAVIRUS : Quand A’SALFO refuse de suivre ses propres conseils et devient un « canal de propagation de la maladie »


24 heures après sa vidéo pour sensibiliser au respect des mesures édictées par le CNS contre le coronavirus, A’salfo a tout simplement refusé le confinement pour son épouse qui revenait d’un pays ayant plus de 100 cas. Toute chose en contradiction avec ses propres conseils.


C’est une vidéo de 6,50 minutes réalisée le 17 mars. https://www.facebook.com/AsalfoMagicSystem/videos/219637552780386/. On y découvre A’salfo en train de se désinfecter les mains avec un gel hydro-alcoolique. Dans une posture de sensibilisation, il exhorte les Ivoiriens à respecter les mesures arrêtées par le conseil national de sécurité dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

« Bonjour à tous. Bonjour à toutes. En tout cas à tous ceux qui nous suivent. A ceux qui suivent cette vidéo. Même si je n’en ai pas l’habitude, je ne suis pas un adepte des vidéos sur les réseaux sociaux, souvent il en faut. Le message a passé est important. Alors, je vais parler du coronavirus. C’est l’actualité partout dans le monde entier. C’est une maladie qui est en train de décimer l’humanité. Tout le monde a vu d’où est-ce qu’elle est partie et où elle est arrivée. C’est une maladie qui ne trie pas. Il n’y a ni noir, ni blanc, ni jaune. Aujourd’hui, nous sommes heureux de voir que nos autorités prennent quand même des dispositions maximales d’ailleurs pour nous éviter de vivre cette crise. Des consignes sont données. Ces consignes, si nous ne les respectons pas, je crois que nous serons les propres canaux de propagation de cette maladie. C’est pourquoi, il est important en tant qu’acteur culturel que je puisse joindre ma voix à celle des autorités compétentes pour pouvoir renforcer le message en direction de tous ceux qui nous écoute. Nous avons en effet la chance d’être écouté par beaucoup de personnes. Comprenez donc que je puisse faire cette vidéo. J’aurai pu écrire, mais tout le monde ne sais pas lire. J’ai préféré faire la vidéo pour vous interpeler sur la dangerosité de cette maladie qui est une tueuse. Ce sont les précautions auxquelles nous pourrons nous adapter qui pourront être notre seul remède. Ces précautions sont toutes simples. Je ne suis pas allé dans une école pour les apprendre. J’ai écouté le message comme vous. Je ne fais que répéter ce que j’ai entendu. On nous demande de changer nos comportements hygiéniques et nos comportements alimentaires. Que signifie changer de comportement hygiénique ? Nous sommes en Afrique et je sais que nous aimons beaucoup le contact. Nous aimons manifester notre fraternité et notre amitié. Mais on nous dit aujourd’hui que ce sont des gestes qui peuvent être dangereux pour nous. On nous demande d’arrêter les embrassades, les accolades. Tout le monde comprendra. Tout le monde comprend aujourd’hui que cela fait partie des mesures de protection. On nous demande de nous laver les mains, chaque fois que l’occasion se présente. On n’avait même pas besoin d’attendre le coronavirus pour savoir que le lavage des mains est un geste hygiénique qui contribue à notre santé. On nous demande de changer d’habitude alimentaire. Tout le monde aime l’agouti. Tout le monde aime le hérisson. La viande de brousse, les Ivoiriens  en raffolent. Mais pour l’occasion, on nous dit d’arrêter ! On nous dit pour le moment, ça peut faire  partie des dangers imminents, de ce qui peut provoquer la maladie. Pour notre propre santé, on dit d’arrêter. Il y a moins de 5 ans, c’était pareil. Le temps d’éradiquer l’épidémie (ndlr : Ebola) qui était là. On a arrêté. Au moment de reprendre, on nous a dit que c’était autorisé.  C’est pour un moment. On peut se concentrer, oublier nos plaisirs pour se préserver. On le répète, il est important d’appliquer ces mesures. Se laver les mains, éviter le contact physique, éviter de manger de la viande de brousse. En dehors de cela, avoir une hygiène de vie très adaptée. C’est ce qui peut nous sauver. Par ailleurs, il faudrait arrêter les messages ou commentaires du genre ; ‘’nous sommes africains, nous avons le soleil, le coronavirus meurt au soleil. Quand on a la peau noire on est immunisé.’’ Les gars,  je ne dis pas que c’est faux. Je prie que ce soit vrai. Mais est-ce que c’est parce qu’on a le remède à une maladie qu’il faut la provoquer ? Je dis non ! Ces précautions sont à ajouter à vos croyances pour éviter de propager la maladie. On nous demande d’annuler les rassemblements en grand nombre (ndlr : plus de 50 personnes). La preuve, hier, j’ai pris une décision difficile mais raisonnable… de reporter le FEMUA (ndlr : Festival des musiques urbaines d’Anoumabo). On ne peut pas dire qu’on veut faire un festival qui contribue au bien-être des Ivoiriens en sachant que ce festival est susceptible d’être un foyer de contaminer. C’est contribuer au mal-être des Ivoiriens. Et dire qu’on essaie d’équilibrer les choses. Cette décision est rigoureuse. Les FEMUA, il y en aura. Pour le moment il y a le coronavirus. Qu’est-ce qu’on fait ? C’est ce genre de décision qu’il faut prendre. C’est un effort. Ce qui veut dire que chacun de vous peut faire un effort pour oublier certains habitudes afin d’éradiquer cette maladie. Dans le même temps, cette maladie ne doit pas nous emmener à oublier des valeurs de fraternité, d’amitié. Ce n’est pas parce qu’il n’y a plus d’accolade, il n’a plus de contact physique entre nous que nos valeurs d’amitié et de fraternité vont disparaitre. Ça peut continuer, mais avec toutes les précautions, s’il vous plait. Pour nous, ce message est important. Je vous informe que c’est sérieux. Je ne suis pas là pour tirer la sonnette d’alarme, pour créer la psychose ou vous dire que l’heure est grave. Il est temps de vous exhorter afin que nous soyons les protecteurs de notre santé. Nous ne devons pas être coupables de ce qui va nous arriver demain. »

Sauf que juste après ce message plein de bon sens, l’artiste a semblé dire aux Ivoiriens, faites ce que je dis. Ne faites pas ce que je fais.

Sans aucune forme de procédure, il  décide de soustraire son épouse au confinement à l’INJS. Face au tollé suscité par cette attitude qui prend le contrepied de son plaidoyer, et frise le mépris ;  la star a présenté ses plates excuses à l’opinion publique, ce 18 mars 2020. « Je suis sincèrement désolé pour ce qui arrive. J’ai un réel sentiment de culpabilité de m’être désolidarisé en mettant ma famille en quarantaine hors de l’INJS. Je présente mes excuses pour cela. Toutefois, je rassure l’opinion publique que ma famille est bel et bien en quarantaine suivie par un médecin », a-t-il écrit. Cela suffira à apaiser la colère des Ivoiriens qui ont l’impression d’avoir été floués ?


Y.T

Commentaires