COVID-19: l’OMS annonce la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine, 9 jours après sa suspension


Et si le ridicule tuait. C’est du moins la situation dans laquelle l’OMS vient de s’illustrer tristement avec la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine. Non sans apporter de l’eau au moulin des personnes, des organisations et aux Etats-Unis qui ont suspendu leur financement à cette organisation, pour dénoncer son manque de rigueur. Au-delà, et pourquoi ne pas le dire, sa caporalisation par des mains dites philanthropes aux desseins inavoués.


En effet, et après avoir suspendu les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine suite à la publication par la revue médicale ‘’The Lancet’’ des conclusions d’une étude sur le taux de mortalité supposé généré par l’hydroxychloroquine, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé ce mercredi 3 juin la reprise des essais cliniques sur l’hydroxychloroquine. Soit neuf jours après sa décision de suspension.  Et pour cause, la revue médicale ‘’The Lancet’’ elle-même vient de prendre ses distances vis-à-vis de cette étude qui, dit –on aurait été commandé par une puissante industrie pharmaceutique, Big pharma.

Face aux critiques contre cette étude par plus de 180 scientifiques de par le monde, la revue médicale ‘’The Lancet’’, qui a publié cette étude, le 22 mai, portant sur le dossier de 96 000 patients pour conclure à la surmortalité due à l’hydroxychloroquine dans le traitement du covid-19 a mis en garde le 2 juin contre ladite étude.  

Mettant une fois de plus en évidence la cupidité des mêmes industries pharmaceutiques qui attendaient que les africains meurent par milliers au cours de cette pandémie pour venir accroître leur fortune avec leurs vaccins.

LIRE L’ARTICLE DE rfi.fr//Coronavirus: l’OMS annonce reprendre les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine

Commentaires