DANIELLE CLAVERIE AU RHDP : “la plus cruelle tyrannie est celle qu’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice”


Ils l’ont fait ! s’est exclamé Danielle Boni Claverie pour dénoncer la parodie du Conseil constitutionnel ! Non sans stigmatiser la cruelle tyrannie exercée à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice par le RHDP au pouvoir sur le peuple ivoirien.


CI-DESSOUS LA DECLARATION DE BONI CLAVERIE DE URD

« Le Conseil Constitutionnel a entériné la candidature à un 3ème mandat de M. Alassane Ouattara. La politique a pris le pas sur le droit. C’est désolant mais ne nous étonne pas et de plus, sur 44 dossiers de postulants, la Cour en a rejeté 40.

Ce nombre, certes, pléthorique peut faire paraître ces candidatures fantaisistes. En effet, qu’est-ce qui pousse des citoyens lambda à se bousculer aux portes du palais présidentiel ? L’élection présidentielle au suffrage universel, faut-il le rappeler permet à tout citoyen d’exprimer son souhait, sa volonté, son rêve d’être à la tête de notre pays. C’est un vote égalitaire encadré par quelques exigences pour éliminer les farfelus. Or, on s’aperçoit que la majorité des candidats déclarés inéligibles n’ont pu s’acquitter de la caution de 50 millions ce qui est bien une preuve de son montant exagéré et de son côté non démocratique.

” Dans un Etat de droit, le vote est égal et secret. Comment se fait-il que le parrainage qui nous a été imposé répertorie le signataire, l’identifie, le livre au public”

Même s’il y a pléthore de prétendants, dans une démocratie, l’argent ne peut être le critère de choix des candidats au risque de reléguer au second plan la valeur de la personne, ses capacités et sa moralité. Là où le Smig est à 60 000 frs, il est malsain que la caution puisse valoir 500 fois plus. N’oublions pas que dans notre pays, les citoyens pauvres et très endettés sont majoritaires alors que les classes très aisées sont rares.

D’autre part dans un Etat de droit, le vote est égal et secret. Comment se fait-il que le parrainage qui nous a été imposé répertorie le signataire, l’identifie, le livre au public alors que le secret du vote est là normalement pour garantir l’électeur contre toute intimidation, manipulation et tentative de corruption. Cette anomalie criarde à nos yeux a dû paraître si infime à la Cour qu’elle n’a pas daigné en faire cas !

Mais me direz-vous, qu’attendre d’une Cour qui règle ses comptes à Laurent Gbagbo et à Guillaume Soro en invalidant leur candidature et a rendu son verdict 24h à l’avance, à la surprise générale. Tout cela pour éviter d’avoir à se soumettre au nouvel arrêt de la CADHP  du 15 septembre 2020 qui annule la condamnation de M. Soro  et le déclare éligible à l’élection présidentielle.

Qui a dit que « la plus cruelle tyrannie est celle qu’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice . Il s’appelle Montesquieu ».

DANIELE BONI-CLAVERIE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.