PRESIDENTIELLE/SORO PERSISTE ET SIGNE : il n’y aura pas d’élection sans nous, l’opposition unie doit saisir la CEDEAO, l’UA, l’ONU


« S’il y a élection en Côte d’Ivoire, c’est parce que nous sommes candidat, sinon il n’y aura pas d’élection ». C’est l’engagement pris par Guillaume Soro ce 17 septembre à Paris. Non sans inviter ces pairs de l’opposition à saisir ensemble la CEDEAO, l’UA et l’ONU.


En effet, en exil malgré lui en France, Guillaume Soro a vu sa candidature pour l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire retoquée à l’instar des séniors et juniors de la politique ivoirienne que sont Laurent Gbagbo, Gnamien Konan, Albert Mabri Toikeusse, Mamadou Koulibaly, Marcel Amon Tanoh etc. Et ce lundi 14 septembre, suite à la proclamation des résultats des candidats admis à concourir à l’élection présidentielle de 2020, Guillaume Soro avait déclaré : « Je conteste vigoureusement la décision injuste et infondée » avait-il déclaré. Avant de prendre cet engagement « une étape nouvelle du combat pour ladémocratie s’annonce et nous la gagnerons ».

A l’évidence, c’est cet engagement et cette nouvelle étape du combat qu’il a promis gagner qu’il a décliné ce 17 septembre à l’occasion de la conférence de presse qu’il a animée à l’hôtel Bristol de Paris.

Au cours de cette conférence de pressede l’hôtel Bristol de Paris, Guillame soro a donc appelé l’opposition au Président Alassane Ouattara à l’union sacrée. Mieux, celui qui affirmé, à maintes reprises, qu’il se portait candidat malgré la décision rendue par le conseil constitutionnel, a martelé ce jour que  « s’il y a une élection en Côte d’Ivoire, c’est que nous sommes candidats”.

A LIRE AUSSI: // VALIDATION DES CANDIDATURES/ WODIE A KONE MAMADOU : « C’est un charcutage du droit constitutionnel sous nos tropiques »

Ajoutant que « maintenir cette élection, mesdames et messieurs, du 31 octobre 2020 n’a aucun sens, c’est une évidence. De même, participer à cette élection serait cautionner le coup d’État civil de monsieur Ouattara. »

FAIRE BLOC ET SAISIR ENSEMBLE LA CEDEAO, L’UA, L’ONU »

Et Guillaume Soro en appel désormais au reste de l’opposition pour faire front commun contre l’actuel président : « C’est pourquoi, j’en appelle à une unité d’action de l’opposition pour stopper monsieur Ouattara dans sa folle aventure par tous les moyens légaux et légitimes ». Aussi a-t-il demandé « aux candidats, retenus ou non, spécifiquement au président Bédié, au président Gbagbo, au Premier ministre Affi N’Guessan, au ministre Amon-Tanoh, au ministre Mabri Toikeusse, de prendre ensemble nos responsabilités et de faire bloc ». Précisant qu’il « s’agira tous ensemble de saisir la CEDEAO, l’Union africaine, l’Union européenne, l’ONU en vue d’obtenir des élections démocratiques transparentes et inclusives, comme ce fut le cas en 2010, et ceci sans préjudice. Ensemble, nous devons organiser la mobilisation de tout le peuple ivoirien depuis la campagne, les hameaux, les villages et les villes pour faire barrage au troisième mandat inconstitutionnel et interdit de monsieur Ouattara. »

A LIRE AUSSI: // IRRECEVABILITÉ DE LA CANDIDATURE DE GBAGBO/EDS : c’est « une forfaiture » d’une juridiction instrumentalisée par les dirigeants du RHDP

L’occasion a été donné à Guillaume Soro, de lever un coin de voile sur ses rapports avec Laurent Gbagbo. Et de lui, il a dit : « le président Gbagbo et moi nous nous sommes parlé. Je lui ai demandé pardon pour mes manquements ».

C’est à croire que l’union sacrée des opposants à Alassane Ouattara va être total.


A.Y

One thought on “PRESIDENTIELLE/SORO PERSISTE ET SIGNE : il n’y aura pas d’élection sans nous, l’opposition unie doit saisir la CEDEAO, l’UA, l’ONU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.