CÔTE D’IVOIRE : « Quand Soro dit que l’élection présidentielle ne se tiendra pas le 31 Octobre, il sait de quoi il parle, le report se précise »


« S’il y a élection en Côte d’Ivoire, c’est parce que nous sommes candidat, sinon il n’y aura pas d’élection le 31 octobre 2020 », avait déclaré Guillaume soro. Avec l’arrivée du représentant de l’ONU, Ibn Chambas, à Abidjan et les échos de sa rencontre avec le président Ouattara, Mamadou Traoré, un proche du président du GPS croit savoir que le report de la présidentielle se précise.


« Lors de sa rencontre avec le Premier Ministre, Ibn Chambas est d’avis que la concertation entre les acteurs politiques favorise un environnement propice pour une élection INCLUSIVE.

Et il encourage le Premier Ministre à continuer d’échanger avec les partis  prenantes, y compris la société civile, pour des élections INCLUSIVES.

Pour nos amis du Restaurant qui ne comprennent pas ce langage diplomatique du représentant de l’ONU, c’est qu’ils doivent savoir  que l’ONU demande à ce que tous ceux qui comptent dans ce pays et qui ont exprimé la volonté d’être candidats pour l’élection présidentielle le soient.

L’ONU demande au gourou du Restaurant de permettre par exemple à Laurent Gbagbo et à Guillaume Soro d’être candidats.

A LIRE AUSSI:// GUILLAUME SORO : « Il faut que Ouattara recule et que le droit prévale…nous faisons face au braquage d’un peuple par un gouvernement corrompu..»

l’ONU demande enfin au gourou du Restaurant d’engager des discussions avec son opposition et sa société civile afin qu’ils s’accordent sur les conditions pour aller à des élections inclusives, transparentes et crédibles.

Ce n’est pas un hasard que Ibn Chambas a rencontré le Chef de l’Etat, les membres de la CEI, du Conseil Constitutionnel, le Premier Ministre et bientôt, il rencontrera l’opposition.

A travers ces propos, l’ONU vient de désavouer le gourou du Restaurant dans sa volonté de choisir ses adversaires politiques.

Le Conseil Constitutionnel reviendra t-il sur sa décision ?

Je rappelle qu’en 2011, le Conseil Constitutionnel est revenu sur sa décision sur la victoire de Gbagbo qu’il avait prononcée pour valider celle du gourou du Restaurant.

Et ce, suite à une décision de l’Union Africaine.

Cette fois ci, c’est l’ONU, qui est au-dessus de l’Union Africaine, qui demande d’une manière indirecte au Conseil Constitutionnel de revenir sur sa décision.

Se pliera-t-il à cette volonté de l’ONU ou engagera-t-il  un bras de fer avec cette organisation mondiale ?

A LIRE AUSSI:// PRESIDENTIELLE 2020 : Affi se rétracte, après une réunion de sécurité à la CEI, et rejoint le front de la désobéissance civile

Que les membres du Conseil Constitutionnel sachent qu’ils risquent leur carrière, leur réputation et leur liberté en engageant, par procuration, un bras de fer avec l’ONU.

Qu’ils sachent également qu’ils n’auront pas le soutien du gourou du Restaurant si ça se gatait entre l’ONU et eux.

Le gourou du Restaurant n’a jamais assumé ses responsabilités face à ceux qu’il envoie se battre pour lui.

Sinon, il n’aurait pas permis que ses ouailles s’en prennent à Guillaume Soro sur les faits de la rébellion dont il est le plus grand bénéficiaire.

Les juges du Conseil Constitutionnel sont prévenus.

Quand Guillaume Soro dit que l’élection présidentielle ne se tiendra pas le 31 Octobre, il sait de quoi il parle.

J’avais dit qu’il ne fallait pas penser à un coup d’Etat pour que ces élections ne se tiennent pas.

Les prémices du report de cette élection présidentielle sont en train de se dessiner avec l’implication de l’ONU.

Et ce n’est pas encore fini.

Est-ce que vous connaissez l’enfant là même ?

Observez et vous verrez ».

Mamadou Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.