CÔTE D’IVOIRE/VIOLENCES ELECTORALES: « les violences de 2010 ne doivent pas se répéter, le Bureau de la CPI demeure saisi », Bensouda


Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5211

« Mon Bureau demeure saisi de la situation en Côte d’Ivoire. » La procureure de la CPI, Fatou Bensouda, se dit « profondément préoccupée par les rapports publics et les informations reçues par mon Bureau, faisant état d’une recrudescence de violences graves depuis plusieurs jours dans des villes de la Côte d’Ivoire à l’approche de l’élection présidentielle prévue le 31 octobre 2020 ».  

 

Déclaration du Procureur de la CPI sur les violences préélectorales et la montée de tensions intercommunautaires :

« Mon Bureau demeure saisi de la situation en Côte d’Ivoire.

Je suis profondément préoccupée par les rapports publics et les informations reçues par mon Bureau, faisant état d’une recrudescence de violences graves depuis plusieurs jours dans des villes de la Côte d’Ivoire à l’approche de l’élection présidentielle prévue le 31 octobre 2020.

Je déplore particulièrement les allégations de violences intercommunautaires qui auraient causé la mort de plusieurs personnes, des blessés et des atteintes graves aux biens de la population civile. Ces actes pourraient constituer des crimes relevant de la compétence de la Cour pénale internationale (« la CPI »).

A LIRE AUSSI : PRESIDENTIELLE : Thabo Mbéki écrit à l’UA, dénonce la façon cavalière dont le dossier ivoirien a été traité et l’inopportunité des observateurs 

J’appelle tous les acteurs politiques et leurs partisans au calme et à la retenue. Les violences connues en Côte d’Ivoire lors de la première crise pré-électorale de 2010 ne doivent pas se répéter. La violence de tout bord politique n’est pas une option. Toute personne qui commet, ordonne, incite, encourage ou contribue de toute autre manière à la commission de crimes visés par le Statut de Rome est passible de poursuites devant les tribunaux de la Côte d’Ivoire ou devant la CPI.

Je tiens à rappeler que nos enquêtes ouvertes en Côte d’Ivoire depuis octobre 2011 se poursuivent et que mon Bureau continue de suivre de près la situation sur toute l’étendue du territoire ivoirien. »

Source : Bureau du Procureurhttps://www.icc-cpi.int/Pages/item.aspx?name=201028-prosecutor-statement-cdi&ln=fr

Commentaires

error: Content is protected !!