CRISE POSTELECTORALE : Sous blocus, Bédié demande que cesse les intimidations, les séquestrations des opposants

« Je demande la libération sans condition des cadres du PDCI-RDA ainsi que la levée immédiate des blocus des résidences des opposants au régime antidémocratique d’Alassane Ouattara” a lancé Henri Konan Bédié, le président du PDCI et du Conseil national de transition, sous blocus et encerclé par les forces de l’Ordre aux ordres du régime RHDP.

 

”Suite aux tentatives d’intimidations de ces derniers jours, je demande la libération sans condition des cadres du PDCI-RDA ainsi que la levée immédiate des blocus des résidences des opposants au régime antidémocratique d’Alassane Ouattara”. C’est la déclaration faite par le président Bédié sur son compte twitter ce vendredi 6 novembre 2020.

Cette déclaration intervient au moment où, après leur détention illégale à la préfecture de police d’Abidjan, tous les proches du président Henri Konan Bédié dont Maurice Kakou Guikahué, Georges Ezaley , Narcisse N’Dri etc. arrêtés à sa résidence en début de semaine à l’occasion de son arrestation qui s’est muée en mise sous blocus, sont en train de subir une parodie de justice.

En effet, tous les proches de Henri Konan Bédié sont en train d’être jugés au 9ème cabinet d’instruction avec un dispositif de sécurité digne de la gestapo.

Qu’en pense l’Union européenne et son représentant en Côte d’Ivoire ?

Qu’en pense la CEDEAO et son président en exercice, le voisin Nana Akufo Ado ?

Qu’en pense l’Union Africaine et son président, le président de la conférence des Chefs d’Etat, le Sud-africain, Cyril Ramaphosa ?

Qu’en pense le président de la commission de l’Union Africaine, le tchadien, Moussa Faki, toujours prêt à se plier en quatre pour le président ivoirien, Alassane Ouattara ?

Qu’en penses la Communauté internationale, que dis-je, la communauté d’intérêt dans sa relation de connivence avec les autorités ivoiriennes ?

Qu’attendent-ils pour lire la question ivoirienne avec des lunettes de vérité et de sagesse qui construit et non avilit ?

Si tant est que leur poulain est dans le droit total, la vérité absolue et détient la majorité sur le terrain et non celle arrangée et sortie des urnes de la CEI, pourquoi ne le félicitent-ils pas ?

Vont-ils encore l’accompagner dans sa volonté permanente et établie d’être en conflit avec la loi, comme ses enfants en conflit avec la loi qu’ils utilisent pour terroriser le digne peuple ivoirien ?

C’est en cela que les ivoiriens, entre autres, attendent de voir le président proclamé vainqueur par la CEI et qui va certainement être confirmé par le Conseil constitutionnel, vu que qui a bu boira toujours, prêter serment comme le stipule la constitution ivoirienne, c’est-à-dire en présence de son vice-président ?

Et parce que le temps est un autre nom de DIEU, oui le temps est proche pour le peuple digne de la Côte d’Ivoire de prendre ses responsabilités. Le régime RHDP et sa communauté d’intérêt qui l’encourage peuvent toujours courir.

”Restons mobilisés pour l’amour de la Côte d’Ivoire réconciliée, pour le retour de la paix et contre ce régime autocratique qui a bafoué la Constitution”, avait déclaré le Sphinx de Daoukro, le 4 novembre 2020 face à la séquestration des chefs de l’opposition dans leurs domiciles.

A.Y

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.