CRISE POSTELECTORALE/AMON TANOH : « Je déplore la création du Conseil National de Transition qui n’a aucun fondement »

Créé le 3 novembre 2020, le Comité National de transition présidé par Henri Konan Bédié est victime de la violence d’Etat faite  de pressions et autres séquestrations illégales. Marcel Amon Tanoh quitte le bateau parce que:  “Je déplore la création du Conseil National de Transition qui n’a aucun fondement légal et qui ravive les tensions et les risques d’affrontements.” Et dire qu’il est resté au Golf Hôtel d’octobre 2010 à avril 2011. Le golf Hôtel avait-il plus de fondement que le CNT. Le golf hôtel a-t-il apporté la paix? Que vaut l’élection émaillée de fraudes d’un candidat illégal, validée par un conseil constitutionnel lui-même aux ordres. Le tout, en violation flagrante de la loi fondamentale et qui, assurément va continuer  à fouler cette constitution, en prêtant serment sans un vice président. On refuse le parallélisme des formes pour embraser le conformisme béat de connivence. 

 

CI-DESSOUS LE COMMUNIQUE DE MARCEL AMON TANOH  

 

“Chères soeurs , chers frères , L’avenir de notre pays est entre les mains de Dieu , mais aussi entre nos mains . « Aide – toi et le ciel t’aidera >> .
Après une crise pré – électorale consécutive à la candidature du Président Alassane Ouattara à l’élection présidentielle , nous nous trouvons , à l’issue du scrutin du 31 octobre dernier , au coeur d’une crise post – électorale qui a déjà engendré de nombreuses victimes .

Comme il fallait s’y attendre , cette élection non consensuelle laisse les ivoiriens dans l’incertitude , l’angoisse et la crainte . Je présente mes condoléances aux familles éprouvées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés .

 

“Je déplore la création du Conseil National de Transition qui n’a aucun fondement légal et qui ravive les tensions et les risques d’affrontements.”

 

Je déplore la création du Conseil National de Transition qui n’a aucun fondement légal et qui ravive les tensions et les risques d’affrontements .

Je souhaiterais néanmoins qu’en signe d’apaisement , les personnes incarcérées soient libérées.

Que la sagesse et la modération nous visitent , dans l’intérêt supérieur de notre chère Côte d’Ivoire . Sachons entendre raison pour préserver la vie et éviter de verser à nouveau le sang des ivoiriens ; sachons entendre raison pour préserver ce que nous avons su construire en 60 ans d’indépendance : sachons entendre raison en recourant à notre trésor , l’arme des forts : le Dialogue . Asseyons – nous et parlons – nous en Frères et soeurs , avec Amour , car un début de vraie réconciliation vaut mieux qu’un affrontement sanglant .

Évitons de verser plus de sang sur la terre de nos ancêtres . L’heure est grave ! Que chacun de nous ait l’ultime sursaut pour sauver notre bien commun , notre patrie .
Pour ma part , je prends des initiatives pour apporter ma modeste contribution à un processus de Dialogue et de Réconciliation inclusif , sans préalable ni conditions , en vue d’aboutir à un compromis au seul bénéfice des Ivoiriens et de la Paix dans notre pays .”

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.