RENCONTRE OUATTARA-BEDIE : à qui profite ces retrouvailles justes pour « rétablir la confiance, le dialogue va se poursuivre »

” Nous nous sommes rencontrés pour rétablir la confiance.” C’est l’essentiel de cette rencontre Ouattara-Bédié après plus de 100 morts. Et dire que l’opposition ivoirienne avait appelé, en vain, le président Alassane Ouattara au dialogue avant l’élection présidentielle du 31 octobre. Après son élection anticonstitutionnelle et sa victoire à 94, 27 % des suffrages exprimés pour un taux de participation officielle de 53,90 %, Alassane Ouattara affaibli par lles effets de la désobéissance civile demande une rencontre. Elle a eu lieu ce jour au Golf Hôtel. A qui profite-t-elle?

 

« Nous nous sommes rencontrés pour rétablir la confiance.   Et nous sommes convenus de nous retrouver très prochainement, la confiance ayant été rétablie. ». Ce sont les premiers mots du Président Alassane Ouattara, face à la presse, à la fin des retrouvailles avec son aîné, Henri Konan Bédié.

« Je n’ai rien à ajouter tout simplement que, par la rencontre d’aujourd’hui, nous avons brisé le mur de méfiance. Nous allons, dans les jours à venir, continuer à nous téléphoner, à nous rencontrer pour qu’en fait le pays soit ce qu’il était avant », a réagi à son tour, face à la presse, Henri Konan Bédié.

Comme il fallait s’y attendre, ces retrouvailles du jour des frères d’hier devenus des pires adversaires politiques avait pour seul objectif de briser le mur de méfiance qui s’est dressé entre le président Alassane Ouattara et le président Henri Konan Bédié qui, par deux fois (2020 et 2015), a fait de M. Alassane Ouattara Président de la République de Côte d’Ivoire.

Malheureusement, loin de recevoir la reconnaissance politique qui sied en pareille circonstance, Henri Konan Bédié n’a reçu qu’humiliation et volonté manifeste de nuire à sa personne physique et sa personne politique. Le tout auréolé par la volonté du président du RHDP de détruire le PDCI-RDA.

Toutes choses qui ont contribué à détruire la confiance qui avait vu le jour entre les héritiers de feu Félix Houphouët Boigny. Une confiance scellée à Paris en 2005, à l’occasion de la mise sur les fonts baptismaux du RHDP.

Le Président Alassane Ouattara a une réaction à propos quand il dit : « c’est un entretien fraternel pour rétablir la confiance et faire en sorte que la Côte d’Ivoire soit en paix. » Ajoutant que « nous avons convenu que la paix est la chose la plus chère à tous les deux et à tous les ivoiriens. Nous avons décidé qu’il en soit ainsi. »

Que valent ces nouvelles promesses ? Qu’est-ce que les ivoiriens doivent en attendre ? Tant hier, et dans pratiquement les mêmes conditions, d’autres promesses n’ont rien apporté parce qu’on s’est dédit et nié la parole donnée.

C’est le lieu de souligner que la Côte d’Ivoire et les ivoiriens, pour une fois, ne sauront se complaire dans la parole donnée d’un homme politique sans que cette parole ne produise du fruit.

Car si le président Alassane Ouattara reconnait que « la paix est la chose la plus chère à tous les deux (NDLR : Messieurs Bédié et Ouattara) et à tous les ivoiriens » au point de conclure que « nous avons décidé qu’il en soit ainsi », les ivoiriens lambda, tout en acclamant disent aux présidents Bédié et Ouattara : que cette paix ne se limite pas au monde politique. La paix attendue des ivoiriens est celle qui restaure, qui élève, qui rend sa dignité et son indépendance tant aux hommes qu’aux institutions de la république.  Ainsi ces institutions seront- elles les garantes de la paix, cette paix recherchée par les ivoiriens pour vivre dans une cohésion sociale vraie.

A.Y

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.