GUILLAUME SORO A LA CEDEAO, UA, ONU : “l’Ordre constitutionnel exige que Ouattara renonce à un 3ème mandat”

« L’ordre constitutionnel en Côte d’Ivoire exige que M. Ouattara renonce à un 3ème mandat. » martèle Guillaume Soro pour qui ceux de la communauté internationale qui refusent de voir le viol de la constitution ont tort.

 

En effet, de Yves Le Drian, ministre français des affaires Etrangères et de l’Europe à l’ONU en passant par l’UE et son représentant en Côte d’Ivoire, la CEDEAO avec Jean Claude Brou et l’Union Africaine et Moussa Faki Mahamat, une phrase revient toujours à l’encontre de l’opposition: le respect de l’ordre constitutionnel. Et pourtant, le troisième mandat anticonstitutionnel de Ouattara qui a ouvert la boite de pandore est acclamé quand il n’est pas passé sous silence. Pis, on évoque la non-ingérence pour ne pas en parler et jouer de connivence. Dans la déclaration ci-dessous, Guillaume Soro souligne que tant que cette vérité ne sera pas sue et acceptée de tous, il n’y aura pas de dialogue.

 

CI-DESSOUS LA DECLARATION DU PRESIDENT DE GPS, MEMBRE DU CNT ET DE L’OPPOSITION

« L’ordre constitutionnel en Côte d’Ivoire exige que M. Ouattara renonce à un 3ème mandat. En effet la constitution du 8 Novembre 2016, en son article 55 limite strictement les mandats à 2. Exactement comme l’article 66 de la constitution du Ghana que nul ghanéen n’oserait interpréter autrement.

 

Ceux de la communauté internationale qui refusent d’y voir le viol de la constitution ont tort. Ils ont tort de n’avoir pas eu le courage politique de dire à leur allié Ouattara qu’une République, ça se respecte. Pudiquement réfugiés derrière la notion de non-ingérence les jours pairs, ils font les volubiles les jours impairs.

 

“Ceux de la communauté internationale qui refusent d’y voir le viol de la constitution ont tort. Tant que cette vérité ne sera point reconnue, tout dialogue ne sera que chimérique. Ouvrons les yeux. »

 

La population ivoirienne compte près 70% de jeunes. C’est cette jeunesse qui a soif de démocratie. Et c’est elle qui est en lutte en Côte d’Ivoire et que M. Ouattara n’hésite pas à massacrer. Hélas le décompte macabre continue. Tant que cette vérité ne sera point reconnue, tout dialogue ne sera que chimérique. Ouvrons les yeux. »

 

Guillaume Kigbafori SORO,

Ancien Président de l’assemblée nationale de La république de Côte D’Ivoire

Ancien Premier ministre de la République de Côte D’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.