VIOLENCES POSTELECTORALES : Amnesty dénonce les tueries ; demande des enquêtes et exige la libération d’Affi, Guikahué etc.

Pour Amnesty international, les autorités en Côte d’Ivoire doivent enquêter sur l’homicide de dizaines de personnes tuées à coups de fusils, de pistolets et de machettes depuis l’élection présidentielle, a déclaré Amnesty International le 16 novembre 2020. Amnesty International a, aussi constaté l’arrestation de dizaines de membres de l’opposition en marge de l’élection, après que l’opposition a appelé à la désobéissance civile, à boycotter le scrutin, à créer un Conseil national de transition et à rejeter la réélection du président Alassane Ouattara. Aussi Amnesty international appelle le régime RHDP à « libérer immédiatement et sans condition Pascal Affi N’Guessan et toutes les personnes détenues uniquement pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. Enfin, elles doivent s’engager à créer un espace où les citoyen·ne·s peuvent exprimer librement leurs opinions et manifester pacifiquement, sans crainte d’être arrêtés, agressés ou tués ».

 

CI-DESSOUS LA DECLKARATION DE AMNESTY INTERNATIONAL

 

AMNESTY INTERNATIONAL (1)

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.