AFFAIRE PASSEPORT: Gbagbo va-t-il accepter les conditions de Ouattara et trahir la lutte de sang pour la nouvelle Côte d’Ivoire ?

La délivrance d’un passeport diplomatique à Laurent Gbagbo se fait lentement. Le régime RHDP de Ouattara veut s’assurer que Laurent Gbagbo jouera le jeu de l’ouverture, du négociateur sans parti pris. A contrario il brandira le bâton…Et la lutte ?

 

C’est à un jeu du quitte ou double que le régime RHDP de Alassane Ouattara se livre, au plan diplomatique, dans ce qu’il est désormais convenu d’appeler l’affaire du passeport diplomatique de Laurent Gbagbo. Un jeu diplomatique dans lequel, les Ouattara n’excluent pas le jeu de la carotte et du bâton. Et les jours prochains seront très importants dans ce dossier.

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’une équipe du ministre des Affaires Etrangères, Ally Coulibaly, se rendra très prochainement dans la capitale européenne pour finaliser ce projet de remise du passeport diplomatique de Laurent Gbagbo. Une remise assortie de condition.

En effet, à en croire Africa Intelligence, qui lève le lièvre, dans son édition du 20 novembre 2020, une partie de l’équipe d’Ally Coulibaly va à Bruxelles pour négocier les dernières conditions de la remise de ce passeport à l’ex-Président, Laurent Gbagbo, en lui imposant l’ouverture. Laquelle ouverture voudrait que Laurent Gbagbo soit certainement à équidistance de l’opposition et du RHDP. Toute chose contraire à la posture qu’il a soutenue à cours de sa première grande sortie médiatique à TV5 monde en octobre dernier. « Dans ce combat qui se mène aujourd’hui autour du 3è mandat, je suis, moi, Laurent Gbagbo, ancien Chef d’Etat, ancien prisonnier de la CPI, je suis résolument du côté de l’opposition, je suis résolument dans l’opposition à la pratique qui se fait aujourd’hui », avait-il déclaré.

 

A LIRE AUSSI: GBAGBO SUR TV5 : « la cause de ce qui se passe là, c’est le non-respect de la loi fondamentale, et ce qui nous attend, c’est la catastrophe »

Quant à l’autre moitié de l’équipe de Ally Coulibaly, elle se bornera à un audit non dénué d’arrière-pensée. Lequel audit va démarrer vraisemblablement à l’ambassade de Côte d’Ivoire à Bruxelles. Qu’est-ce que cette équipe va chercher ? Va-t-elle avoir gain de cause ? Bien malin celui qui répondra à la place de l’équipe constituée à cet effet.

 

Une chose est certaine, le régime RHDP de Alassane Ouattara n’entend pas remettre un passeport diplomatique à Laurent Gbagbo comme si on sortait d’un diner gala, sans rien en attendre. Histoire de ne pas laisser Laurent Gbagbo croire que le plus important, c’est le diner gala. Et une fois le diner gala accompli, plus rien ne compte. Non !

Pour le régime de Alassane Ouattara, ce passeport est un sésame. Comme tout doit être prétexte pour consolider son pouvoir assis sur un pied, donc déséquilibré du fait de son fondement inconstitutionnel, du sang des 87 tués par les milices et de la posture de l’opposition conduite par Henri Konan Bédié qui assombrissent, à l’unisson,  son horizon.

C’est à juste titre que le régime du RHDP veut à tout prix monnayer la délivrance de ce passeport ; même avec un accord aux forceps, s’il le faut avec Laurent Gbagbo. D’où le temps que prend l’émission et la remise dudit passeport. Le pouvoir Ouattara met aussi dans la balance le dossier du casse de la BCEAO dans lequel Laurent Gbagbo a été condamné par contumace en janvier 2018 par la justice ivoirienne, aux ordres, à vingt ans de prison.

 

A LIRE AUSSI : DIALOGUE OUATTARA-OPPOSITION : les actes d’apaisement exigés par le PDCI-RDA et le FPI avant toute discussion 

 

A la vérité, Alassane Ouattara entend que Laurent Gbagbo soit le médiateur qui va jouer de son influence pour consolider son pouvoir. Quitte à trahir la lutte que mène le peuple ivoirien avec à sa tête la société civile et l’opposition ivoirienne réunion au sein de la plateforme des partis et des groupements politiques à laquelle Laurent Gbagbo dit appartenir. N’est-ce pas que lui-même avait souhaité la négociation ?

« A la pratique du troisième mandat je suis résolument dans l’opposition. Mais étant pratiquement, clairement sans ambages opposé au 3eme mandat et sans ambages dans l’opposition à ce 3eme mandat, je dis vu mon expérience, qu’il faut négocier », avait-il dit.

 

Quel va être son rôle de négociateur, s’il venait à s’inscrire dans cet accord aux forceps que lui propose le camp Ouattara ? Va-t-il s’affranchir de sa posture d’opposant au troisième mandat et de tous ce qui en découle ?  En le faisant, ne trahira –t-il pas la lutte pour la renaissance de la Côte d’Ivoire avec des institutions fortes en gestation ?

Au demeurant pour Laurent Gbagbo, ce passeport vaudra-t-il un plat de lentille à échanger contre la lutte pour la renaissance de la Côte d’Ivoire ? Seul l’avenir le dira.

Pour sûr, Alassane Ouattara ne voulait-il pas de la division de l’opposition, donc de la trahison de la lutte pour la nouvelle Côte d’Ivoire menée par l’opposition qu’il s’y prendrait autrement. Lui qui n’entend discuter qu’avec le FPI et le PDCI-RDA. Ignorant royalement EDS de Georges Armand Ouégnin qui a porté la candidature de Laurent Gbagbo, AGIR, ARC-en-Ciel, GPS de Guillaume Soro, son ennemi juré etc.

 

Abraham Josué

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.