Le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Ahmad Ahmad, a été suspendu par la Fédération Internationale de Football Associé (FIFA) pour mauvaise gouvernance. Non content et soulignant qu’il ne lui a pas été permis de d’apporter les preuves de son honorabilité, l’ex président de la CAF a ester en justice, en cassation de la décision de l’instance internationale de  football. 

En effet, “la chambre de jugement de la Commission d’Éthique indépendante de la FIFA vient de déclarer M. Ahmad Ahmad, président de la Confédération Africaine de Football (CAF), et Vice-Président de la FIFA, responsable d’avoir agi en violation du Code d’éthique de la FIFA”, prend acte la CAF.

En conséquence de quoi, “la chambre de jugement a prononcé à son encontre une interdiction de toute activité liée au football (administrative, sportive et autre) aux niveaux national et international pour une durée de cinq ans. La CAF et le Président de la CAF prennent acte de cette décision qui met M. Ahmad Ahmad en position de ne plus pouvoir exercer ses responsabilités. En application de ses statuts, la CAF annonce que l’intérim actuel de M. Constant Selemani Omari comme Président de la CAF est de fait prolongé. La Confédération Africaine de Football qui s’inquiète des conséquences sur sa réputation de cette longue procédure, maintient le calendrier de l’ensemble de ses activités et programmes”.

Alors que l’on croyait que les choses s’arrêteraient à ce stade, les conseils de Ahmad Ahmad vient de saisir le tribunal arbitral du Sport (TAS) afin de  contester cette condamnation. Pour disent-ils “cette décision n’a pas été rendue de façon juste et impartiale”.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.