GHANA/PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES : Qui de Nana Addo Akufo-Addo et de John Mahama aura la faveur des ghanéens

Pour la troisième fois, la présidentielle au Ghana se jouera entre Addo Dankwa Akufo-Addo, président sortant et John Dramani Mahamat, un ex-président de la république du 24 juillet 2012 au 7 janvier 2017.

 

Plus de 17 millions d’électeurs sont attendus aux urnes ce lundi 7 décembre. Ils doivent élire leurs 275 députés et leur président. Pour la magistrature suprême, douze candidats sont en lice, dont le chef de l’État sortant, Nana Akufo-Addo, qui brigue un deuxième mandat. Les deux favoris : Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, 76 ans et John Dramani Mahama, 62 ans.

 

NANA AKUFO-ADDO : 

Né le 29 mars 1944 à Kyebi, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo est un avocat de formation, membre du Nouveau Parti patriotique. Il est président de la République depuis le 7 janvier 2017. Il est élu président de la CEDEAO en 2020.

La participation d’Akufo-Addo à la vie politique débute vers la fin des années 1970, lorsqu’il rejoint le People’s Movement for Freedom and Justice (le Mouvement populaire pour la Liberté et la Justice), une organisation créée pour s’opposer au modèle d’un « gouvernement d’union » du Conseil militaire suprême du général Acheampong (1972-1978). En mai 1995, il fait partie d’un vaste groupe d’élites, l’Alliance for Change, une alliance qui a organisé des manifestations contre les politiques néo-libérales telles que l’introduction de la taxe sur la valeur ajoutée, et les violations des droits humains de la présidence Rawlings. L’organisation s’effondra plus tard en raison de luttes entre des membres pour les postes de directions. Dans les années 1990, il forme une organisation pour les droits civiques appelé Ghana’s Committee on Human and People’s Rights.

 

En octobre 1998, Akufo-Addo se proposa comme candidat à la présidence du NPP, mais il perdit contre John Kufuor. Akufo-Addo devient alors le chef de campagne de Kufuor qui remporte l’élection présidentielle en décembre 2000, et assume ensuite la présidence du Ghana à partir de janvier 2001. Akufo-Addo deviendra le premier procureur général et ministre de la Justice de l’époque Kufuor. Il changera de poste plus tard pour travailler au ministère des Affaires étrangères et au Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD)

Aux primaires présidentielles de 2007, il est un candidat populaire du NPP, perdant de peu les élections12. En 2008, il représente le NPP aux élections chaudement disputées qu’il perd contre John Atta Mills, du Congrès national démocratique (NDC). Au premier tour, Akufo-Addo amasse 49,13 % des voix, en légère avance sur Atta Mills, en dessous du 50 % requis pour remporter la victoire13.

 

Il se lance à nouveau dans la course pour la présidence aux élections nationales de 2012 contre John Mahama du NDC, qui succède à John Atta Mills, alors décédé. Mahama est déclaré vainqueur de l’élection. Un résultat qui a été juridiquement contesté par Akufo-Addo. L’affaire a suscité beaucoup de controverse, mais la Cour Suprême décida, à cinq contre quatre, que Mahama était le vainqueur légitime. Akufo-Addo accepte tout de même le verdict pour assurer le maintien de la stabilité économique et internationale

 

JOHN DRAMANI MAHAMA

Député depuis 1997, ministre de la Communication du président Jerry Rawlings (1998-2001), il est élu vice-président de la République le 28 décembre 2008 aux côtés de John Atta Mills. Il prend ses fonctions le 7 janvier 2009.

Le 24 juillet 2012, il remplace le président John Atta Mills, mort à l’âge de 68 ans à la suite d’une courte et brutale maladie, et prête serment devant la présidente de la Cour suprême, Georgina Wood1. Selon les termes de la Constitution ghanéenne, John Mahama est à la tête du pays jusqu’au mois de décembre 2012, date de l’élection présidentielle. Il est réélu président de la République le 7 décembre 2012 et investi dans ses fonctions le 7 janvier 2013 malgré l’opposition qui conteste son accession au pouvoir.

 

Le 29 août 2013, la Cour suprême ghanéenne conforte John Dramani Mahama dans ses fonctions présidentielles à la suite de son élection contestée des 7 et 8 décembre 2012. Le recours devant la Cour suprême par Nana Akufo-Addo, chef de l’opposition, constitue un réel défi pour ce pays qui souhaite incarner un modèle démocratique en Afrique.

 

Des résultats attendus en 24 heures

Vendredi dernier, le président sortant et son rival John Mahama ont même signé un pacte de paix pour inciter leurs partisans à éviter toute violence. Jeudi soir, Nana Akufo-Addo s’est adressé à la nation une dernière fois pour prévenir toute velléité de violence. Près de 40 000 observateurs locaux et internationaux ont été déployés sur tout le territoire pour veiller au bon déroulement du scrutin. Des forces de sécurité sont déployées et des voitures de police circulent d’un bureau à l’autre.

Le grand changement cette année, c’est le système de transmission des résultats désormais décentralisé. Autrement dit, les 275 districts électoraux enverront les résultats à 16 régions, nouvellement créées, qui transmettront ensuite les résultats à la Commission électorale à Accra. Le but est de gagner du temps et de permettre à la Commission électorale d’annoncer sous 24 heures la procuration des résultats.

 

A.Y (wikipédia)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.