ANNEXE FISCALE 2021 : L’Ordre des Experts comptables pour un arbitrage gagnant-gagnant gouvernement-opérateurs économiques

L’Ordre des Experts Comptables et ses partenaires planchent sur l’annexe fiscale 2021 dont les innovations et les bouleversements profonds pour la FIPME et la FENACCI ne constitueraient pas des accélérateurs de performance pour leurs activités.  

 

« L’annexe fiscale 2021 semble présenter un réel défi pour notre économie ! Des bouleversements profonds transparaissent, et il est important de les connaître, de les comprendre, d’appréhender leur opérationnalité, et si nécessaire formuler des recommandations à la fois à nos partenaires et à nos gouvernants ! C’est la mission première de notre instance ordinale, et nous ne pouvons y déroger. C’est pourquoi la présente matinale consistera en la présentation de l’annexe fiscale et au recueil de vos préoccupations ». Ce sont les mots du président de l’Ordre des Experts Comptables de Côte d’Ivoire (OEC-CI), Drissa KONE, qui positionne ainsi l’instance ordinale qu’il présidence comme un arbitre, un tiers de confiance soucieux des intérêts du gouvernement et des opérateurs. C’étaient le 28 janvier dernier à l’occasion de la première matinale de l’OEC-CI qui s’est tenue à la maison de l’Entreprise et dont le thème était : « Présentation de l’annexe à la loi de finances pour la gestion de l’Etat au titre de l’année 2021 ».

Faisant suite à cette posture, le Président de l’Ordre des Experts Comptables de Côte d’Ivoire a révélé : « faisant suite à la saisine de la Fédération Ivoirienne des Petites et moyennes entreprise (FIPME), confortées par la fédération Nationale de Commerçants de Côte d’Ivoire (FENACCI), notre commission juridique et fiscale conduit une réflexion sur les conséquences de cette annexe fiscale dont les conclusions » sont attendues pour bientôt. « Nous ne manquerons donc pas de faire un partage avec nos principaux partenaires en vue d’apporter d’autres éclairages à nos autorités gouvernementales dans l’intérêt majeur du développement de notre économie ».

Prenant la parole, le directeur du Cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Mme COULIBALY Fanta, représentant le ministre Adama COULIBALY, parrain de cette matinale, a souligné la mission de l’OEC-CI : « Le rôle qui est le vôtre dans la mise en œuvre des actions de modernisation de l’économie et de vulgarisation d’une culture financière nationale, demeure essentiel sur la voie de la bonne gouvernance des entités publiques et privées ».

 

Aussi, a-t-elle poursuivi à l’intention de l’Ordre des Experts Comptables « le thème de cette rencontre vous offre aujourd’hui, l’opportunité d’échanges constructifs entre pairs et partenaires, sur la problématique de l’annexe fiscale 2021, en vue de son appropriation. Le faisant, vous conjuguez vos rôles de sentinelle et de créateur de confiance dans l’économie, en contribuant à l’efficacité de l’action publique ». Non sans rappeler que « la Loi de Finances portant budget de l’Etat pour 2021 prend ancrage dans les grandes orientations stratégiques du Plan National de Développement 2021-2025. Dès lors, l’annexe fiscale 2021, qui en constitue l’un des instruments opérationnels, s’articule autour de deux axes stratégiques majeurs, à savoir : le renforcement de la mobilisation des ressources fiscales et les mesures de soutien à l’économie nationale ; et la prise en compte des problématiques socioéconomiques prioritaires de notre pays, dans un contexte marqué par la pandémie de la COVID-19 et ses effets néfastes ».

Ajoutant au surplus qu’en 2021, « la politique budgétaire de l’Etat visera, entre autres, à accroître l’efficacité du recouvrement des recettes intérieures grâce aux réformes engagées. Il sera aussi question de poursuivre la maîtrise des charges de fonctionnement, en vue d’assurer le financement des actions de développement et du Plan de soutien économique, social et humanitaire, tout en veillant à préserver la soutenabilité de la dette ».

 

Revenant à la thématique de cette matinale, Mme COULIBALY Fanta a expliqué les innovations, le régime contributif de l’Entreprenant issu des réformes communautaires et les autres régimes fiscaux existants avec pour objectif le renforcement du niveau des recettes fiscales du budget de l’Etat adossé à une meilleure répartition de la pression fiscale, en cohérence avec les critères de convergence de l’UEMOA.

En effet, a-t-elle préconisé « la nécessité de maintenir un haut niveau d’exigence de qualité et de fiabilité de l’information financière produite à l’échelle nationale d’une part ; et d’autre part la mise en œuvre une politique fiscale soutenable et équitable, favorisant l’autofinancement structurel de notre développement et l’émergence d’entreprises nationales porte-étendards ».

Au-delà, la représentante du ministre de l’Economie et des Finances a salué le Comité de Concertation Tripartite de la Direction Générale des Impôts auquel votre l’Ordre des Experts Comptables est partie prenante, et qui constitue un cadre de référence pour les propositions circonstanciées à l’Administration dans le pilotage de sa politique de mobilisation des ressources fiscales du Budget de l’Etat.

Il faut noter qu’à cette première matinale, l’Ordre des Experts-Comptables a enregistré à son tableau trois nouveaux experts Comptables pour cette rentrée fiscale.

 

A.J

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.