CÔTE D’IVOIRE : «Oui! Guy-Alain Gauze, un « monument » de la filière café-cacao nous a vraiment quitté..», Christophe Douka.

L’ex-ambassadeur GUY Alain Gauze, ce digne fils qui a consacré sa vie à la défense des matières premières, notamment le café et le cacao, a été inhumé dans la cité de l’antilope, Daloa, le week-end dernier. Christophe Auguste Douka, dans une publication sur sa page Facebook lui rend hommage. Non sans rappeler sa riche carrière qui l’a conduit partout dans le monde où l’intérêt du cacao et du café était en jeu. C‘est le lieu de souligner que l’ambassadeur Guy–Alain Gauze est décédé le 27 janvier dernier à Abidjan.  

 

« Lors de la dernière nuit de présentation des condoléances aux obsèques de cette icône des produits de base, des matières premières ivoiriennes, notamment le cacao, j’ai senti fortement sa présence en son domicile, au milieu de sa grande famille, ses amis, ses ex-collaborateurs, ses connaissances, de tous ceux qui, émus et étreints par la douleur de cette séparation brutale…

Une voix m’a alors chuchoté… oui! Guy-Alain Emmanuel Gauze nous a vraiment quitté…

Pour ne pas sombrer dans des sanglots face au regard interrogateur de son épouse, Mah, j’ai hâté le pas vers la sortie de la salle des condoléances où était réunie sa grande famille, dans un silence lourd qui ne ressemblait pas à mon aîné originaire de Baboua-Bahouan, toujours prompt à chahuter les uns et les autres et à provoquer parfois un fou rire à son entourage…

J’ai alors réalisé qui était l’homme que nous avions perdu ce matin du 27 janvier 2021, si tôt ce jour-là… alors que nous étions vus vingt (20) jours plus tôt pour lui demander des conseils sur l’essai sur le cacao que je devrais publier en cette année 2021, en présence de son épouse devenue pour son seul repère et sa boussole…

Merci à toi ma chère Mah pour l’avoir tant aimée, pour le meilleur et pour le pire… ayokakaka !

A l’âge de 37 ans, SEM Guy-Alain Gauze entame une carrière ministérielle qui durera 11 ans. Auparavant, et depuis toujours pourrait-on dire, ce fils de Ferkéssedougou était dans le café-cacao, à Londres (royaume uni). Il y retournera à l`issue de l`aventure gouvernementale.

 

C’est dire que ce grand monsieur – au propre comme au figuré – a les matières premières dans la peau…tour à tour, il sera, de 1989 à 1993, ministre délégué auprès du président de la république (SEM Félix Houphouet-Boigny) chargé des matières premières puis ministre délégué auprès du premier ministre chargé des matières premières. De 1993 à 1998, il sera ministre des matières premières, chargé des filières agricoles des négociations et de la mise en œuvre des accords internationaux de produits de base (café, cacao, caoutchouc, coton) et des protocoles ACP-UE sur les produits de base (sucre, banane…), du suivi et de la gestion des marchés à terme (Londres et New-York). En 1998, il est nommé ministre du commerce extérieur, avant de servir à partir de 2000, en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire auprès du Benelux (royaumes de Belgique, des Pays-Bas et le grand-duché du Luxembourg) et auprès des communautés européennes (2000-2002) ensuite en qualité d’ambassadeur, représentant permanent auprès de l’office des Nations Unies et de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève de 2006 à ce jour. Dans ses différentes qualités et capacités d’ambassadeur et de ministre, il a été négociateur pour la Côte d’Ivoire des accords de coopération ACP-UE, de Lomé ii (1980-1985), de Lomé iii (1985-1990), Lomé iv (1990-2000) et cotonou (2000). Vice-porte-parole ministériel des pays ACP pour les négociations du régime commercial ACP-UE de l’accord de Cotonou signé le 23 juin 2000. Président du comité ACP des produits de base et porte-parole ministériel ACP pour les produits de base des conventions de Lomé iii et Lomé iv et porte-parole ministériel des pays ACP producteurs de bananes auprès de l’organe de règlement des différends (ORD) de l’organisation mondiale du commerce (OMC) (1993-1999). l’ambassadeur Guy-Alain Gauze a été président du comité ACP du développement durable et des pays les moins avancés (Bruxelles, 2001). Il a présidé, en qualité de ministre des matières premières, le conseil international du café (OIC) et le conseil international du cacao (OICC) à Londres entre 1989 et 1999. Il fut président et porte-parole de l’organisation interafricaine du café (OIAC) président et porte-parole de l’alliance des pays producteurs de cacao (COCOA-ALLIANCE) et gouverneur au titre de la Côte d’Ivoire du fonds commun des produits de base (hollande) – porte-parole des pays producteurs de cacao au sein du comité du codex-alimentarus de la FAO à Berne et à Thun, (Suisse). Il a été porte-parole des producteurs de caoutchouc pour les négociations de l’accord international sur le caoutchouc sous les auspices de la CNUCED, et porte-parole de l’UEMOA aux négociations de l’organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle (USA). L’ambassadeur Guy-Alain Gauze a été chef de délégation pour les négociations de la dette publique bilatérale de la Côte d’Ivoire avec le club de paris (1992) en sa qualité de membre des comités interministériels des matières premières, de la mobilisation des ressources extérieures, de la réforme des filières café/cacao, de la privatisation et de la politique d’ajustement structurel en Côte d’Ivoire. L’ambassadeur Guy Alain Gauze est diplomate de carrière, il est diplômé du cycle supérieur de l’Ecole nationale d’administration (ENA) (diplomatie, finances et comptabilité publiques, relations économiques internationales, droit administratif, pratiques diplomatiques et consulaires). Il fut major de sa promotion de diplomates (1976-1978). Titulaire d’un diplôme supérieur en études européennes (sciences politiques, économie et droit communautaires) de l’université de Louvain (Belgique), l’ambassadeur Guy-Alain Gauze est également diplômé de l’université d’Abidjan – Côte d’Ivoire (faculté des sciences humaines et de lettres) (1976) il s’est, par la suite, spécialisé en relations économiques internationales et politique de développement à l’institut d’administration publique de paris (pratique des accords de coopération ACP-CEE). Il a été chef de la division des affaires juridiques et consulaires du ministère des affaires étrangères de Côte d’Ivoire et professeur (chargé de cours magistraux et pratiques) à l’Ecole nationale d’administration (ENA) d’Abidjan de 1979 à 1981. De 1981 à 1987, il est conseiller d’ambassade, chargé de la coopération au développement et des affaires économiques à l’ambassade de Côte d’Ivoire au Benelux (royaume de Belgique, royaume des Pays-Bas, grand-duché du Luxembourg) et auprès de la commission des communautés européennes à Bruxelles. De 1987 à 1989, l’ambassadeur Guy-Alain Gauze exercera en qualité de représentant permanent de la Côte d’Ivoire et des huit (08) états membres de l’organisation africaine et malgache du café (OAMCAF) auprès des organisations internationales de produits de base à Londres. Il a été en charge des négociations et du suivi des accords internationaux sur les matières premières et a assumé les fonctions de porte-parole et négociateur en chef de la Côte d’Ivoire et de l’OAMCAF au sein du conseil et des comités techniques de l’organisation internationale du cacao (OICC), de l’organisation internationale du café (OIC) au fonds commun des produits de base à Amsterdam, à l’organisation interafricaine du café (OIAC) et à l’alliance des producteurs mondiaux du cacao (COCOA ALLIANCE). De 2000 à 2002, il est ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la république de Côte d’Ivoire auprès des royaumes de Belgique, des Pays-Bas, du grand-duché de Luxembourg (Benelux) et chef de la mission permanente auprès de la commission de l’union européenne à Bruxelles. Ambassadeur-conseiller spécial auprès du président de la république de Côte d’Ivoire, son excellence monsieur Laurent Gbagbo, chargé du commerce extérieur de 2002 à 2006, l’ambassadeur Gauze est depuis août 2006, ambassadeur, représentant permanent de la Côte d’Ivoire auprès de l’office des nations-unies (ONU), de l’organisation mondiale du commerce (OMC) et des autres institutions spécialisées à Genève. De 2007 à 2008, l’ambassadeur Gauze a été coordonnateur et porte-parole du groupe africain à l’organisation mondiale du commerce (OMC) et négociateur du cycle de Doha à Genève, et président du groupe africain au comité préparatoire (PREPCOM), de la CNUCED xii (Accra) (2007 à 2008). Coordonnateur des états membres de l’union économique et monétaire (UEMOA) à l’OMC, il est également coordonnateur et porte-parole du groupe africain pour les questions relevant du haut-commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR) à Genève (2007 à 2008). L’ambassadeur Guy-Alain Gauze assume, depuis janvier 2009, le mandat de coordonnateur et porte-parole du groupe africain à la conférence des nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED). L’ambassadeur Gauze a présidé la session des experts de la CNUCED sur les produits de base et celle sur le renforcement des capacités dans les secteurs de l’assurance et de la réassurance en Afrique. (2009)

SEM Guy-Alain Gauze est auteur de plusieurs travaux et publications techniques : « de la nécessité d’une coopération entre pays producteurs et consommateurs de matières premières ». Publication-CNUCED sous la direction de Erik Chrispeals, conseiller juridique principal de la CNUCED.

Il est auteurs de plusieurs travaux et publications telles que :« quelle place pour les pays africains dans la globalisation ? » ; publication du centre français du commerce extérieur. Séminaire – décembre 2000.

« Livre blanc sur la proposition de directive cacao/chocolat de la commission de l’union européenne », publié en collaboration avec le cabinet international d’avocats Gide lorette et Nouel, en 1997.

« l’Europe face aux enjeux stratégiques de l’équilibre alimentaire mondial », publiée par la section agriculture et alimentation du conseil économique et social de France – paris, janvier 1995.

« Systèmes d’intégration économique en Amérique latine » université de Louvain (Belgique), 1978.

En outre, l’ambassadeur Gauze, a animé de nombreux séminaires économiques et donné des conférences à travers le monde sur des thèmes en rapport avec le développement, l’économie des produits de marché, le commerce international, la diplomatie économique, les produits de base … ;

« Le renforcement des capacités dans les secteurs de l’assurance et de la réassurance en Afrique (CNUCED) ».

« Les risques encourus par les pays ACP en cas de non-signature des accords de partenariat économique (APE) au 31 décembre 2007 » (fondation Friedrich Ebert).

« Les enjeux de la nouvelle dimension européenne de la sécurité alimentaire ; cas de l’Ochratoxine A, ou OTA dans les produits alimentaires » (ministère de l’agriculture).

Les négociations du cycle de DOHA pour le développement à l’OMC et la perspective UEMOA » (commission de L’UEMOA-Ouagadougou).

« Les normes de qualité facteurs de compétitivité industrielle et commerciale » (séminaire des qualiticiens de Côte d’Ivoire).

« Le système commercial multilatéral OMC/CNUCED ; termes et fonctionnalités ». (Ecole de commerce Abidjan).

« La négociation, facteur d’interaction politique, économique et sociale constructive », Ecole nationale d’administration (ENA).

« L’accès au marché des produits de base agricoles : cas du café », (CNUCED).

« Traitement national en matière d’impositions et de réglementations intérieures (les taxes à l’exportation). Les perspectives GATT, OMC ET UE (Dakar-ENDA.T.M).

« La dimension politique de la coopération ACP-UE (séminaire des journalistes économiques de Côte d’Ivoire).

« La problématique de l’intégration économique régionale en Afrique de l’ouest, le cas de l’UEMOA. (Réseau des journalistes économiques de l’Afrique de l’ouest).

« L’accord de Cotonou et les critères de performance » (réseau des journalistes économiques).

« L’accord de Cotonou et la gouvernance polycentrique » (fondation Friedrich Ebert).

« L’éligibilité de la société civile aux fonds mis en place dans le cadre de l’accord de Cotonou » (fondation Friedrich Ebert).

« L’accord de Cotonou et la problématique des accords de partenariat économique (APE) » (fondation Friedrich Ebert).

« De Yaoundé à Cotonou en passant par Lomé : bilan de 37 années de coopération ACP-UE » (réseau des parlementaires de l’UEMOA).

« Les négociations du cycle de DOHA : état des lieux et perspectives de développement (commission de l’UEMOA – Bamako).

« Accord de partenariat économique (APE) : objectif et cas de figure » (fondation Friedrich Ebert).

« Les enjeux des négociations des accords de partenariat Economique (APE) et les perspectives de développement de la côte d’ivoire » (UEMOA-Ouagadougou).

« l’Europe face aux enjeux stratégiques de l’équilibre alimentaire mondial ». Audition et publication par la section agriculture et alimentaire du conseil économique et social publiée à paris en janvier 1995.

« Système d’intégration économique en Amérique latine » université de Louvain-la-neuve (Belgique) (1978).il parle le français, l’anglais avec des notions d’espagnol et de portugais.

Un vrai « monument » pour notre filière café-cacao ivoirienne et un grand serviteur de la république de Côte d’Ivoire !

ECCE HOMO… que nous irons rendre à la terre de son village, là-bas dans sa terre de Bodoua-bahouan…

Certes, nous allons le pleurer, ou du moins, nous allons pleurer sur ce que nous avons vécu de bon, de beau, de passionné d’avec lui, ce grand homme, tant au sens propre qu’au sens figuré…

Mais, nous nous consolerons en sachant qu’il a été appelé du milieu de nous pour vivre éternellement selon l’espérance que DIEU nous donne de “la vie après la mort” dans le sommeil éternel des hommes justes…

Il aurait eu 69 ans le 03 mai 2021…

La haut, après la traversée du fleuve mortuaire, le piroguier, réchauffe par le gin “à trois pièces du yako” et payé en francs symboliques, enveloppé dans ce pagne kita (kente) qui tient au chaud dans ce froid de la mort, celui-ci le déposera de l’autre côte (bakô) ou l’attendent tous ceux qui l’ont devancé au séjour des morts… Notamment son éminent géniteur, papa Antoine Gauze, fier de son fils Emmanuel…

Union de prières pour Guy-Alain Emmanuel Gauze !

M’BOLI! AYOKAKAKA !

 

Par Christophe Auguste Douka,

Producteur et Président du Syndicat National des Producteurs Individuels de Café et de Cacao en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.