LES FONCTIONNAIRES A PATRICK ACHI : « octroyer un 13ème mois de salaire, et vous marquez votre passage par des actes forts »

« Les fonctionnaires souhaitent un 13ème mois, la revalorisation de l’indice référentiel… Monsieur le Premier ministre, vos agents attendent des actes ». C’est le sens de la lettre de bienvenue que Zadi Gnagna a adressé à Patrick Achi, Premier ministre. Ci-dessous l’intégralité de la lettre de bienvenue du Président de la plateforme des fonctionnaires.

 

« Bonne arrivée monsieur le Premier ministre, Patrick Achi !  Le président de la République, vient de vous confirmer au poste de Premier ministre de la Côte d’Ivoire, je voudrais vous adresser mes sincères félicitations et vous exprimer tous mes vœux de succès dans votre nouvelle mission à la tête du gouvernement ivoirien. Les défis qui vous attendent sont nombreux, je suis convaincu que vous en êtes conscient, car vous êtes ministre depuis les années 2000. Vous connaissez donc les préoccupations majeures des ivoiriens et en particulier celles des travailleurs. Je me permets tout de même de vous rappeler quelques unes des revendications nouvelles des fonctionnaires et agents de l’Etat.

 

Monsieur le Premier ministre, les fonctionnaires, c’est à dire ceux qui font fonctionner l’État, vos agents attendent que vous marquez votre passage à la tête du gouvernement ivoirien par des actes forts qui améliorent leurs conditions de vie et de travail. Pour cela ils souhaitent que vous puissiez leur octroyer un 13ème mois de salaire au mois de décembre pour leur permettre de faire face avec dignité aux charges incompressibles engendrées par ce mois. Ils demandent également la revalorisation de l’indice référentiel de base bloqué à 233.45 frs depuis 1960, La revalorisation du taux d’annuité liquidable des pensions de retraite de 1.75 à 2, La revalorisation de l’indemnité contributive au logement et son attribution à tous les fonctionnaires.

 

Monsieur le Premier ministre, en 2019 et 2020 plus de 40000 fonctionnaires ont vu leurs salaires suspendus ou ponctionnés de façon disproportionné, leur compte d’épargne bloqués, ces camarades ont subi de lourds préjudices, pour fait de grève, ils en portent encore les stigmates. La correction de ces préjudices, par le reversement des ponctions et des salaires bloqués, serait de votre part, un acte humanitaire salutaire et d’apaisement du milieu syndical. Monsieur le Premier ministre nous souhaitons également que vous puissiez réactiver le plus rapidement possible le comité de dialogue social de la primature, un outil important de régulation sociale.  Nous sommes ouverts au dialogue avec vous et les ministres que vous choisirez dans les prochains jours ».

 

Théodore Gnagna Zadi,

Président de la Plateforme nationale des organisations professionnelles du secteur public et privé de Côte d’Ivoire

Secrétaire confédéral de CGST-CI, confédération générale syndicale des travailleurs de Côte d’Ivoire.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.