CAFE-CACAO : Les 20 milliards du Conseil Café-cacao aux multinationales qui provoquent la colère des producteurs

La somme colossale de 20 milliards de FCFA à verser par le conseil Café-Cacao aux multinationales devient la pomme de discorde entre l’organe régulateur du marché du cacao-café et les producteurs qui s’estiment lésés.

 

Une note émanant du Conseil Café-Cacao en date du 20 avril 2021 annonce le versement de la coquette somme de 20 milliards de FCFA aux multinationales en guise de compensation de l’incidence du Différentiel de revenu décent (DRD) sur les charges réelles des exportateurs et  transformateurs de cacao. Le communiqué explique en outre que l’impact du DRD est de 5 FCFA/kg pour la campagne principale et de 4 FCFA/kg pour la campagne intermédiaire, soit un total de 9 FCFA pour toute la campagne 2020-2021.

A cet effet, le remboursement de cette incidence du DRD se fera sous forme de soutien, précise le communiqué du conseil Café-Cacao.

Alors, si on tient compte de la quantité de la production cacaoyère  au cours de l’ensemble de la campagne 2020-2021 qui s’élève à 2,2 millions de tonnes, c’est un montant d’environ 20 milliards de FCFA qui sera versé en termes de soutien  aux multinationales.

Toutefois, cette largesse du Conseil café- cacao à l’égard des multinationales offusque les producteurs qui se sentent lésés par cet organe de régulation du marché. L’un d’eux, s’exprimant sous couvert de l’anonymat, a fustigé ce comportement injuste du Conseil Cacao-Café. « Il y a eu le Covid-19, les producteurs n’ont reçu aucun appui de l’Etat. En outre, après les blocages liés à la commercialisation du cacao, deux mois après l’ouverture de la campagne, le directeur général du Conseil café-cacao ; Yves Koné, a demandé aux producteurs de ne pas écouler leurs produits. Là encore, ceux qui l’ont écouté ont finalement vendu leurs productions à 750 F le kg au cours de la campagne intermédiaire au lieu de 1000 F le kg lors de la campagne principale. Pour tous ces sacrifices, le producteur n’a reçu aucun dédommagement ». S’est-il exprimé.

Ce  producteur anonyme affirme par ailleurs que jusqu’à présent certaines coopératives ont en main des chèques impayés et attendent toujours un éventuel dédommagement. «  Malgré les assurances du Conseil café-cacao, des coopératives trainent des chèques impayés. C’est le cas d’une grande coopérative d’Agboville qui a un chèque de 137 millions de FCFA et qui reste impayé. Tout cela est frustrant lorsqu’on entend que le conseil va apporter un appui aux multinationales » a-t-il décrié tout en s’interrogeant si ce conseil est aux ordres des multinationales ou au service des producteurs.

Il faut rappeler que les producteurs qui se frottaient déjà les mains à l’annonce du Président Ouattara de la fixation du prix du kilogramme de cacao à 1000 F en octobre 2020,  ont dû déchanter lorsque les multinationales regroupées au sein du Groupement des exportateurs (Gepex) ont exigé du gouvernement la réduction des prix qui leur ont été fixés. Elles ont justifié cette prise de position par la chute de la demande due au covid-19. Il faut également souligner que le gouvernement ivoirien s’était appuyé sur le mécanisme DRD, mécanisme négocié par la Côte d’Ivoire et le Ghana avec les industries chocolatières et les exportateurs afin que de rétrocéder au producteurs une prime de 400 dollars la tonne, pour fixer le prix bord champ du kilogramme de cacao à 1000 FCFA.

Cependant, la note s’est avérée salée et insupportable pour les multinationales si bien que leur exigence semble avoir été entendue par le Conseil café-cacao qui va leur rembourser le manque à gagner sous forme de soutien à hauteur de 20 milliards de F CFA au grand dam des producteurs qui n’ont que leurs dents à grincer.

 

HG

 

 

 

Commentaires