CEDEAO/TRANSITION AU MALI : Le sommet d’Accra suspend le pays de Assimi Goïta qui a son premier ministre du M5

Le sommet des chefs d’Etats de la CEDEAO à Accra a suspendu le Mali des instances de la CEDEAO. Cependant pas de sanction économique. La junte a été exhortée à nommer un premier ministre civil pour une transition à fin février 2022. Le  chef de la junte Assimi Goita était présent à Accra.

 

Suspendu des instances de la Commission Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Mali du colonel Assimi Goïta, après ce coup d’Etat dans un coup d’Etat sort indemne de ce sommet. Tellement il y risquait gros quand on sait que nombre des chefs d’Etats de la CEDEAO ne sont rien moins que des marionnettes de la France. Une France qui avant ce sommet a menacé et frappé du poing sur la table pour exiger des sanctions contre le Mali. Malheureusement pour lui la fumée blanche n’est pas sortie. Mieux, aucune sanction économique contre le Mali. D’ailleurs les nations unies, l’union européenne etc. ont été invitées à accompagner le Mali à l’effet de mener à Bien cette transition.

 

A LIRE AUSSI: //MALI/BRAS DE FER FRANCE-MILITAIRES : le Colonel Assimi Goïta mène au point, la Russie en embuscade

Cependant le sommet a exigé au chef de la junte, le colonel Assimi Goïta, de nommer un Premier ministre de la société civile pour diriger la transition qui doit prendre fin en février 2022. A cette date, la junte au pouvoir organisera des élections auxquelles ne participeront pas ni le colonel Assimi Goïta, les membres de la junte, ni le premier ministre. Objectif, passer le relais à un gouvernement démocratiquement élu.

 

Si dernièrement le mouvement M5 avait botté en touche l’offre de prendre la primature, elle semble avoir compris la mission de sauvegarde nationale qu’il doit jouer.

Ainsi, après son Assemblée ordinaire, le mouvement M5 a porté son choix sur la personne du Docteur Choguel Kokalla Maïga qui est le président de son Comité Stratégique. Il est le désormais prétendant à la Primature, pour le compte du M5. Il sera chargé de former un gouvernement de large ouverture.

Le colonel Assimi Goïta, chef de la junte et désormais Président de la Transition par l’onction de la cour constitutionnel qui rentre de son sommet de CEDEAO, trouvera un M5 disposé à l’accompagner.

Il pourra ainsi satisfaire à la première condition du sommet de la CEDEAO : nommer un premier ministre civil.

Y G

Commentaires