CÔTE D’IVOIRE : Laurent Gbagbo de retour accueilli par une foule enthousiaste de partisans au rendez-vous

C’est fait.  Absent du pays depuis dix ans, Laurent Gbagbo a enfin foulé le sol ivoirien ce jeudi 17 juin 2021. Liesse populaire et communion fraternelle au rendez-vous en dépit de quelques réactions isolées de la police qui n’honorent pas cette institution nationale.

 

Ce jeudi 17 juin  restera une date que  les partisans et sympathisants de Laurent Gbagbo n’oublieront pas de sitôt.

En effet, après dix (10) longues années passées à l’extérieur de la Côte d’Ivoire, dans les geôles de la Cour pénale internationale, suite un transfèrement lié à  la crise postélectorale de 2010-2011 qui a fait officiellement plus 3000 morts,  c’est en homme libre que Laurent Gbagbo a foulé  la terre de ses ancêtres.

Arrivé  à l’aéroport international Félix Houphouët Boigny de Port Bouet à bord d’un avion de la compagnie aérienne Brussels Airlines,  en compagnie de sa seconde épouse Nady Bamba à 16 h 30 minutes GMT, Laurent Gbagbo a eu du mal à se frayer du chemin à cause de la foule venue nombreuse pour l’accueillir.

Il faut noter que déjà dans la matinée, la police voulait limiter la mobilisation de ses partisans qui voulaient se rendre en masse à l’aéroport pour l’accueillir. Et ce en faisant usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, en vain.  Cette intervention de la police, loin de  décourager les admirateurs  de Gbagbo les a plutôt boostés. En sorte qu’ils se sont  de masser le long des boulevards pour le saluer lors du passage de son cortège.

Attendue comme un élément incontournable dans le processus de réconciliation nationale, l’arrivée de Laurent Gbagbo pourra-t-il tenir toutes ses promesses ? En tout cas c’est ce à quoi tous les ivoiriens épris de paix et de tolérance aspirent actuellement.

 

 Le fiasco du service d’ordre

Complètement débordé face à cette grande affluence de partisans de Laurent Gbagbo, de reporters et de photographes, le service d’ordre a totalement failli à sa mission.

En effet, le service d’ordre s’est montré incapable de canaliser cette foule nombreuse et opaque qui s’agglutinait autour de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, l’emmenant à avancer avec difficulté jusqu’à son véhicule. Il lui était même impossible de descendre de sa voiture pour saluer les chefs traditionnels installés sous  le chapiteau. Les obligeant du coup à faire le déplacement vers lui.

C’est à un service d’ordre complètement dépassé par l’événement  qu’il a été donné de voir. Tous s’improvisaient  agent de service d’ordre et tentaient tant bien que mal d’assurer la sécurité de Laurent Gbagbo qui était sérieusement menacée par la foule nombreuse. Tous semblaient complètement dépassés. Et c’était avec difficulté que le  véhicule quitta l’aéroport  Félix Houphouët-Boigny pour le siège du FPI à Attoban.

 

La lueur d’espoir

La seule bonne note dans cette arrivée de Laurent Gbagbo a été l’accolade que le président Laurent Gbagbo a fait à Simone Ehivet Gbagbo. Au moment où bon nombre de personnes  pensaient qu’entre eux, c’était la guerre. C’est le lieu de souligner que l’ex-première dame était à l’aéroport avec ses enfants.

 

 

Des partisans de Gbagbo  pourchassés et gazés par la police nationale à Port-Bouët et Koumassi

De nombreux ivoiriens  en route ce jeudi 17 juin 2021 pour l’aéroport Félix Houphouët-Boigny afin  d’accueillir le président Laurent Gbagbo, ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes  avant d’être pourchassés par la police nationale dans les communes de Port-Bouët et de Koumassi.

En effet,  convergeant par petits groupes vers l’aéroport Félix Houphouët-Boigny ces partisans de Laurent Gbagbo qui  ont dû faire face à un important dispositif sécuritaire  de la  police nationale positionnée à la place Akwaba de Port-Bouët  et au carrefour  du camp commando de Koumassi. La police dans ces différentes communes, a fait usage de gaz lacrymogène afin de disperser les marcheurs.

A Port-Bouet, la tension était très vive. Les éléments de la police nationale ont pourchassé les partisans de Laurent Gbagbo qu’ils ont réussi à repousser. L’objectif visé par la police, empêcher les marcheurs d’avoir accès à l’aéroport. Notamment, lorsqu’ils portent des tee-shirts à l’effigie de Laurent Gbagbo, lorsqu’ils se rendent à l’aéroport en groupe ou par convoi, selon une indiscrétion. Afin d’éviter tout attroupement.

Excédés par les actions violentes de la police pour les empêcher d’avoir accès à l’aéroport et d’accueillir le président Laurent Gbagbo comme ils le voudraient, les différents groupes de jeunes  ont décidé de les affronter et de riposter par tous les moyens  face aux jets de gaz Lacrymogènes. Mais également d’installer des barricades sur  la voie principale qui mène à l’aéroport jusqu’à ce qu’on leur autorise à avoir accès à l’aéroport pour accueillir leur leader.

Par ailleurs, à Adjamé, au niveau du pont Ferraille, un convoi a été attaqué par des individus hostiles au retour de Laurent Gbagbo. Le car qui transportait les partisans de Laurent Gbagbo a été caillassé. Aucune perte en vie humaine n’a été constatée.

 

HG et YG

 

Commentaires