GRAND CENTRE: l’association des cadres et élus fait allégeance au roi des Baoulé, Nanan Kassi Anvo, pour le rayonnement du peuple

Les cadres et les élus du grand centre ont posé, ce jeudi 8 juillet, face aux cassandres,  un acte empreint de symbolisme positif qui ancre désormais le royaume des Baoulé de sa majesté Ötimi Kassi Anvo Michel dans une dynamique de communion pour ses fils, de normalisation, donc de paix pour son peuple, sans lequel aucun développement n’est possible.  

En effet, le peuple Baoulé, par ceux qu’il s’est donné comme cadres et élus, sentinelles pour sa dignité et sa destinée, est allé faire allégeance à son Roi et guide que la communauté baoulé dans sa pure tradition s’est imposée. Au premier rang de ces cadres et élus, l’ex Premier ministre Charles Konan Banny, représentant du président Henri Konan Bédié, le ministre Rémi Allah Kouadio, le président des cadres et élus du grand Centre, les ministre Alain Cocauthrey, le doyen Yobouet Lazarre, Boni Claverie, Koumoué Moïse etc.  A cette rencontre de famille, une délégation du royaume Ashanti venue du Ghana et une autre du peuple Tchôkossi venue du Togo pour soutenir le roi et les cadres et élus du grand centre  dans cette nouvelle symbiose.

Le tout sous les sonorités du Tam-tam sacré qui a introduit le Roi  Ötimi Kassi Anvo Michel auprès de ses invités. Lui qui le 28 mars 2018 a été intronisé comme le seul et unique roi et guide que la terre et les cieux doivent reconnaitre comme tel, après 17 ans de vacance de pouvoir suite au décès de son successeur.

C’est tout naturellement qu’il s’est présenté comme un creuset d’unité qu’impose la longue tradition de paix du peuple Baoulé. ‘’Le lien quasi–inséparable entre la paix et le développement constitue ma ligne de conduite’’, a-t-il expliqué. Non sans appeler le peuple Baoulé à l’Unité, la paix et le développement, ‘’le triptype auquel nous devons tous adhérer pour le rayonnement du peuple baoulé et celui de notre pays, la Côte d’Ivoire’’.

C’était le jeudi 8 juillet dernier à la résidence de Madame Thérèse Houphouët Boigny à la Riviera, en présence d’une forte délégation   

 

CI-DESSOUS L’ADRESSE DU COMITE SCIENTIFIQUE ISSU DU CABINET CIVIL  DU ROYAUME, DIRIGE PAR LE PROFESSEUR JEAN NOËL LOUKOU ET QUI FAIT ALLEGEANCE A SON ROI

 

Ma majesté Ôtmi, Roi des baoulé,

Mesdames et messieurs les membres du cabinet civil de sa majesté, Madame et messieurs les membres du comité scientifique, monsieur le président des élus et cadres du centre, mesdames et messieurs les élus et cadres du centre, Mesdames et messieurs les présidents de commission et leurs membres,

Chers invités, Honorables participants,

Les jours passent et ne se ressemblent pas. Ce jour charrie dans son cours un événement qui restera gravé, pendant de longues années, dans la mémoire collective, mais plus encore dans la mémoire des participants à la présente rencontre.

En effet, nous recevons, ce jour du 08 juillet 2021, des membres de l’Association des élus et cadres du centre avec à leur tête leur président. Qui l’aurait cru? Tant les intrigues, les suspicions, les dénigrements, les incompréhensions et la désinformation étaient à leur comble, il y a de cela quelques mois, au sein des enfants, et non des moindres, au sein des cadres du Royaume Baoulé; créant ainsi une atmosphère de dissension, d’opposition, de rejet des uns envers les autres, etc. Bref…Tout, sauf l’union, la cohésion, l’entente, l’entraide, la communion etc. entre les cadres Baoulé.

 

Ne dit-on pas que le deuxième nom de Dieu c’est le temps? En effet, Dieu a permis qu’en ce jour les dignes fils du royaume représentés par ces cadres, ont décidé de venir à la rencontre de leur Roi. Que dire, venir faire allégeance et prendre  conseil auprès de leur roi.

 

“Les pieds ne vont pas là où le cœur n’y est pas”..le rassemblement de l’ensemble des filles et fils du Royaume Baoulé autour de leur Ötimi est arrivé.

 

Un adage bien de chez nous, dit que “les pieds ne vont pas là où le cœur n’y est pas”. C’est dire que c’est d’un cœur à l’unisson que les fils et du royaume  Baoulé ici rassemblé, ont décidé de tourner la page de la désinformation, de la mésentente, de la division, de l’exclusion, du reniement pour venir s’abreuver à la véritable et unique source de la culture Baoulé, représentée par le Roi ötimi Kassi Anvo.

 

A LIRE AUSSI://GRAND CENTRE/AEC GC PDCI : Cadres et Élus traduisent leur soutien à Bédié et exhortent le président Ouattara à libérer les prisonniers

Que de temps perdu! Oui, pourrait-on dire…Dieu faisant toute chose bonne en son temps, le temps du rassemblement de l’ensemble des filles et fils du Royaume Baoulé autour de leur Ötimi est arrivé.

Pouvait-il en être autrement, si l’on se réfère à la culture Baoulé ? Le peuple Baoulé, agissant de façon autonome et conformément à sa tradition, a sélectionné et intronisé, par l’entremise du collège des ‘’Djèffouès’’, un nouveau Roi, en la personne de sa Majesté Ötimi Kassi Anvo, le 28 mars 2019. Il ne peut alors subsister une quelconque confusion ou incompréhension entre les détenteurs des savoirs traditionnels et le peuple Baoulé souverain.

 

‘’Lorsqu’on se réfère au cadre organique régissant les royaumes des Akan comme celui des Baoulé, il a toujours existé deux chaises’’

 

Que n’a-t-on pas vu, lu et entendu depuis cette intronisation? C’est le lieu d’indiquer que la confusion qui a été faite et qui continue de manière sournoise autour des chaises royales, trouve ses éléments de réponse de manière éloquente, avec le professeur Paul Akoto Yao, qui a écrit ceci: “lorsqu’on se réfère au cadre organique régissant les royaumes des Akan comme celui des Baoulé, il a toujours existé deux chaises :

-La chaise royale (Yassoua Bia), la première chaise en termes d’importance, sur laquelle on installe les rois. Et sur cette chaise ne s’assoit jamais une femme. On n’installe jamais une femme sur cette chaise-là. C’est la chaise de commandement. L’occupant étant perçu comme un chef guerrier (le Roi). Il est l’autorité suprême du royaume. Il est le gardien des Us et coutumes. C’est lui qui incarne le peuple de son royaume. Il détient le pouvoir. Il dispose de l’armée du royaume. A ce titre, il a l’obligation de défendre le territoire aussi bien que son peuple.

Il dispose de tous les pouvoirs discrétionnaires pouvant garantir la sécurité de son territoire et de son peuple.

-La seconde chaise, qui est la chaise de la reine mère (Bla Bia), est celle réservée aux femmes. C’est sur cette chaise que s’assoit la Reine-mère. Celle qui occupe cette chaise est la Reine mère.

Le rôle de la Reine mère au sein du royaume est symbolique. On dit généralement qu’elle a le pouvoir, parce que c’est de la femme que provient la légitimité des occupants de la chaise royale en application du principe matrilinéaire. Cette Reine mère a pour premier rôle la protection du Roi. Comme deuxième rôle, elle est la première conseillère du Roi. Pour cette raison, le Roi la consulte régulièrement. Son troisième rôle consiste à ordonner et à contrôler toutes les cérémonies de rituel à la Cour royale. Enfin, son quatrième et dernier rôle consiste à présider la réunion des femmes âgées de la Cour, au cours de l’examen de l’arbre généalogique des prétendants au trône. Elle ne commande pas. Ainsi, le processus traditionnel porté à son terme le 28 mars 2019, objet du communiqué de la Cour signé par le collège des ‘’Djèffouès’’ le même jour, n’est rien d’autre que l’intronisation du nouveau Roi, pour la chaise royale, le “Yassoua Bia”. Il ne concerne en aucun cas le “Bla Bia’’, la chaise de la Reine mère.

C’est le lieu de remercier le vaillant peuple Baoulé, à travers les élus et cadres du centre, pour son attention fraternelle et soutenue en faveur de la quête de stabilité de notre patrimoine ancestral, institutionnelle, et surtout royal, Maintes fois mises à l’épreuve face aux assauts du monde moderne.

Toutefois, notre royaume est aujourd’hui à la porte de courants modernes qui contrarient grossièrement et profondément nos Us et coutumes et installent les valeurs qui fondent notre identité sociale, culturelle, économique et politique dans une impasse.

Face à ces soubresauts d’un ordre nouveau, l’urgence au rassemblement de nos peuples autour des valeurs de probité, d’unité, de respect, de discipline, de paix et dialogue constructifs s’impose à l’échelle des consciences individuelles, des familles, des villages, des tribus, et des cantons et associations comme la vôtre dans le creuset de nos Us et coutumes.

 

‘’L’engagement d’accompagner notre Roi dans la restauration du royaume Baoulé, convoque et commande à chaque élu et à chaque cadre, à se débarrasser définitivement des maux dont souffre nos sociétés modernes actuelles, à savoir la cupidité, l’arbitraire…’’

 

C’est pourquoi nous en appelons les élus et cadres du centre à réussir, avec ingéniosité à offrir à la Côte d’Ivoire, sa part d’efforts, pour tenir notre rang de peuple de sagesse en toute circonstance; étant entendu que le peuple Baoulé est l’un des plus structurés, tant au plan institutionnel que politique. De plus, nous avons toujours été perçus comme un peuple de mesure, d’équité, de discipline, de dialogue, de pardon, de réconciliation, de gratitude, d’hospitalité, de partage et surtout de travail. Par conséquent, la politique, surtout politique politicienne ne devrait interférer dans une institution multiséculaire régie par des règles strictes des Us et coutumes irréfragables.

Chers membres de l’Association des élus et cadres du centre,

L’engagement d’accompagner notre Roi dans la restauration du royaume Baoulé, convoque et commande à chaque élu et à chaque cadre, à se débarrasser définitivement des maux dont souffre nos sociétés modernes actuelles, à savoir la cupidité, l’arbitraire, la sournoiserie déstabilisatrice ainsi que tous les autres vilains maux de la société moderne pour mériter de notre peuple et de notre royaume.

 

Avec toutes les compétences réunies au sein de votre association, et la fécondité créative de potentiel humain qu’elle recèle, nous comptons sur vous pour retenir les cadres, faire revenir ceux des vôtres qui se sont égarés et réunir les moyens et les modalités de rassemblement susceptibles de renforcer la cohésion sociale et le développement durable à l’échelle de notre espace de vie, de grand centre de la Côte d’Ivoire toute entière.

Le Comité scientifique insiste pour dire que, Nanan Otimi, comme une mère poule, ne saurait faire de distinction entre ses enfants. Une mère poule nourrit tous ses poussins au même titre sans distinction des couleurs différentes de sa couvée. Donc, Nanan Otimi remercie tous ses enfants qui ont sollicité cette rencontre et les accueille tous, sans aucune distinction politique ni religieuse.

L’objectif final étant le rassemblement de tous les fils et toutes les filles du royaume pour une meilleure cohésion sociale, en vue du développement harmonieux et une paix durable dans le royaume.

Que Dieu demeure notre source d’inspiration en toute circonstance, pour le bonheur de notre peuple et pour le devenir et l’avenir de toutes les générations.

Je vous remercie

 

Fait à Abidjan, le 08 juillet 2021

Le Comité scientifique

Commentaires