CHERTE DE LA VIE : la société civile projette une marche pacifique, le ministre du commerce tente de calmer le jeu…

Le ministre du commerce et de l’industrie, Souleymane Diarrassouba était face à la presse et aux organisations de la société civile  dans le cadre de la cherté de la vie pour présenter les actions gouvernementales en matière de la lutte contre la cherté de la vie en Côte d’Ivoire. C’était le dimanche 18 juillet 2021 dernier .

 

Des organisations de la société civile ont appelé à une marche pacifique ce mercredi 21 juillet 2021 pour dénoncer l’augmentation abusive cet engagement ?

Jusqu’à preuve du contraire, Franck Zoro Bi Ballo, coordonnateur de Mouvement Citoyen ivoirien et Youan Roger, président de la coalition ‘’ça suffit’’, regroupés au sein de l’Initiative Citoyenne contre la cherté de la vie, maintiennent leur marche pacifique le mercredi 21 juillet prochain/ Laquelle partira de Cocody Saint-Jean pour s’achever devant le siège du gouvernement au Plateau, là où une motion doit être remise au gouvernement pour lui expliquer la souffrance de la population qui subit de plein fouet l’augmentation incontrôlée des prix des denrées de grandes consommation sur le marché ivoirien.

Il n’en fallait pas plus pour que le ministre du commence et de l’industrie convoque d’urgence une rencontre qui a eu pour cadre son cabinet sis à l’immeuble Postel 2001 au Plateau, pour rassurer les uns et les autres sur les actions menées par le gouvernement pour  endiguer ce phénomène ou du moins le maîtriser.

A cet effet, il a tenu à informer son auditoire sur le contexte de la flambée des prix sur les marchés. Selon lui, les augmentations auxquelles font face les populations ne sont pas spécifiques à la Côte d’Ivoire « Il convient d’indiquer que les augmentations constatées ne sont pas spécifiques à la Côte d’Ivoire. En effet, partout dans le monde, avec la reprise économique caractérisée par une reprise de la demande beaucoup plus forte que prévue, après une année 2020 marquée par la pandémie à coronavirus, et les tensions sur les matières premières, l’inflation reprend de la vigueur » a –t-il souligné d’emblée.

 

A LIRE AUSSI://IMPÔTS : Les agents de la Direction Générale des impôts en colère décident d’aller grève du 21 au 23 juillet 2021. 

Il a par la suite évoqué les différentes variations des prix des biens de consommations constatées sur les marchés depuis l’an 2020, année au cours de laquelle la pandémie à Corona Virus a fortement impacté l’économie mondiale et particulièrement celle de la Côte d’Ivoire. A cela, il a aussi ajouté l’impact du rationnement de l’électricité qui a durement éprouvé les ménages. «   Par exemple, le prix de l’huile de palme raffinée étant aligné sur le prix AIPH du régime de palme ou de l’huile brute, le prix du régime de palme a augmenté de 47,44 F/kg en décembre 2020 à 61,14 F/kg en janvier 2021, puis à 77,75 F/kg en juillet 2021, soit une hausse de 62% ; quant à l’huile de palme brute, le prix est passé de 399F/kg en décembre 2020 à 497 F/kg en janvier 2021, puis à 627 F/kg en juillet 2021, soit une hausse de 57% tandis que le prix de l’huile raffinée de 25L est passé de 19600 F en décembre 2020 à 22500 F en juillet 2021, soit une hausse de 14,79%. Le prix de la tonne de blé est passé de 250 euros en janvier 2021 à 300 euros en juillet 2021, soit une hausse de 20%, combinée à une hausse du coût de fret de 20% alors que le prix de la tonne de farine de blé n’a augmenté que de 5% entre janvier et juillet 2021 » a-t-il précisé.

 

Et de rassurer que « Le rationnement des entreprises et ménages en électricité étant désormais terminé, nous avons donc déjà noté une tendance à la baisse des prix au détail de certains produits, notamment les matériaux de construction. La botte de fer qui était vendue à 52000 FCFA en 2019, puis à 47000 FCFA en décembre 2020 ; entre 52000 FCFA et 54000 FCFA de janvier à avril 2021 ; puis entre 56000 FCFA et 60000 FCFA pendant le rationnement ; a baissé à 54000 FCFA aujourd’hui. Le sac de ciment CPJ 42.5 au détail coûtait 4200 FCFA en décembre 2020, puis 4000 FCFA entre janvier et avril 2021 et entre 5000 FCFA et 6000 FCFA pendant la période de rationnement de l’électricité, est vendu aujourd’hui entre 4200 FCFA et 4500 FCFA, presqu’au prix de décembre 2020. Je voudrais vous assurer que nous allons continuer de renforcer la surveillance du marché ».

Pour finir, le ministre a invité les populations au calme et à la sérénité, non sans les appeler à ne pas céder à la panique.

Un conseil qui n’en est pas un et qui ne sera certainement pas entendu vu le manque d’action gouvernementale à l’effet de contraindre les commerçants à pratiquer des prix justes.

 

HG

Commentaires