MARCHE CONTRE LA VIE CHERE : les marcheurs gazés, certains ont été interpelés

La police a empêché ce mercredi matin la marche de l’organisation de la société civile qui entendait dénoncer la flambée des prix des produits de consommation sur les marchés ivoiriens.

           

La marche pacifique de l’ICC, Initiative Citoyenne Contre la vie chère, prévue se dérouler ce mercredi 21 juillet 2021 n’a pu aller jusqu’à son terme. En effet, les marcheurs qui se rassemblaient au carrefour Saint Jean de Cocody, le lieu du rassemblement, ont été sommés par la police de déguerpir les lieux.

A cet effet tout attroupement en ce lieu a été  immédiatement dispersé à coup de gaz lacrymogène par la police qui a d’ailleurs bouclé les périmètres. L’un des organisateurs de cette marche pacifique a exprimé son incompréhension face l’attitude de la police.  « Nous sommes venus pour dénoncer la cherté de la vie dont tous les citoyens sont victimes. Mais à notre grande surprise, nous avons trouvé un important détachement de policiers. Ils ont dit qu’ils étaient là pour faire leur travail. Ce qui est normal. Nous leur avons dit que nous étions là aussi pour faire notre travail citoyen qui consiste à donner de la voix contre la cherté de la vie. Contre toute attente, ils nous ont dit que la manifestation n’a pas été autorisée. Donc il fallait qu’on quitte les lieux » a expliqué le président de la coalition ‘’ Ca suffit’, Roger YOUAN.

 

A LIRE AUSSI://CHERTE DE LA VIE : Non satisfaite du ministre du commerce, l’Initiative Citoyenne maintient sa marche prévue ce mercredi 21 juillet.

 

Il faut aussi noter que certains des manifestants ont été interpelés par les policiers.

Il faut aussi rappeler  également que c’est suite à l’augmentation incontrôlée des prix des denrées alimentaires sur le marché, que des organisations de la société civile regroupées au sein de l’ICC, l’Initiative Citoyenne Contre la Cherté de la vie, ont projeté cette marche qui devrait partir de Cocody Saint Jean, jusqu’au siège du gouvernement au Plateau en vue de remettre une motion au Premier ministre Patrick Achi.

 

HG 

Commentaires