SECURITE ROUTIERE/ L’ALCOOTEST SUR LES ROUTE : Comment éviter la propagation de la COVID-19 ; les assurances du ministère des transports

La lutte contre l’incivisme routier est entrée dans sa phase active depuis, le 21 août 2021 avec l’apparition sur les routes de l’alcootest dans lequel les conducteurs sont invités à souffler. Dans un contexte marqué par la crise sanitaire de la maladie à coronavirus, quelles sont les dispositions prises par le ministère des Transports pour éviter la propagation de la COVID-19 ?  

 

En vue de réduire le taux d’accidents de circulation sur les routes du  pays, le ministère des transports a décidé de prendre le taureau par les cornes.

Couteau à double tranchant

Depuis le 21 août 2021, les alcotests dans lesquels les conducteurs sont invités, ont fait leur apparition sur les axes routiers. Qu’est-ce l’alcootest ? C’est un appareil dans lequel, un individu ayant bu de l’alcool injecte de l’air sorti de ses poumons pour faire vérifier son taux d’alcoolémie.

 

A LIRE AUSSI: //AGBOVILLE/BACCALAUREAT 2021 : Comment le collège Eyemon a fait échouer un candidat, le laxisme du président du jury 

 

Il s’agit donc d’une mesure salutaire qui toutefois pourrait être un couteau à double tranchant. Dans le contexte de la crise sanitaire de la maladie à coronavirus, les alcootests sont susceptibles de constituer un canal de dissémination de la COVID-19.

Dispositions pratiques

Joint au téléphone, le chargé de communication du ministère des transports a tenu à rassurer. « Un embout par conducteur. De plus les agents commis au contrôle d’alcoolémie disposent de gel hydroalcoolique pour se désinfecter les mains après chaque usage. » Des dispositions pratiques qui devraient permettre de contenir la propagation du virus.

Au terme de la phase de sensibilisation contre l’incivisme routier, la phase répressive débutera le 07 septembre 2021 avec la verbalisation des contrevenants au code de la route.

HG

Commentaires

error: Content is protected !!