TENTATIVE DE RAPPROCHEMENT SORO-OUATTARA : voici le chef de l’Etat sollicité ; les raisons de son choix ; les dessous de l’activisme de Alain Lobognon

Dans un communiqué transmis aux médias le 25 juin 2021, deux jours après sa libération de prison, Alain Lobognon s’était engagé à réconcilier Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Africa Intelligence révèle, ce 06 septembre 2021, l’identité du médiateur sollicité par l’ancien député de Fresco. Les raisons du choix de cette personnalité sont intimement liées à la crise postélectorale de 2011.

 

23 juin 2021, Alain Lobognon est libéré de prison. Le 25 juin 2021, dans un communiqué aux médias, l’ex-député annonce sa volonté d’œuvrer à la réconciliation entre Alassane Ouattara et Soro. Le 28 juillet, joignant l’acte à la parole, il saisit par courrier Dénis Sassou N’guesso, le chef de l’Etat congolais aux fins de solliciter son implication dans le règlement du différend qui oppose l’ex-chef rebelle et son mentor, Africa Intelligence, croit savoir que c’est l’ancien ministre congolais de la Communication et des zones économiques spéciales, Alain Akouala qui a été missionné pour transmettre la correspondance susmentionnée au président congolais.

Les raisons d’un choix

Au-delà d’être un interlocuteur apprécié par Ouattara, le choix de Dénis Sassou N’guessou s’explique par l’appui qu’il a apporté aux reclus de l’hôtel du Golf, au plus fort de la crise postélectorale de 2011. Asphyxiés financièrement par le régime Gbagbo, il a fallu, le candidat du RHDP à l’élection présidentielle de 2010 et ses alliés n’avaient dû leur salut qu’au coup de pouce d’environ de 2 milliards de F CFA venu de Brazzaville. Depuis, Ouattara s’estime redevable de Sassou N’guesso qui se trouve être le protecteur de Guillaume Soro.

 

Deal avec le régime ivoirien

L’activisme dont fait preuve Alain Lobognon qui fait le forcing pour arracher à l’ancien premier ministre ivoirien des excuses publiques, résiderait dans un deal passé entre l’ex porte-parole des Forces nouvelles et le régime ivoirien. A l’inverse de ses compagnons d’infortune, Soul to Soul et Ben Souk, qui ont écopé d’une peine d’emprisonnement de 20 ans, Alain Lobognon s’en est tiré avecune condamnation de 17 mois de prison pour la même affaire !

Pour les pro-Soro irréductibles, il ne peut y avoir qu’anguille sous roche. De leur point de vue, l’Adjudant Beugré a forcément transigé. En échange de son engagement à faire plier Guillaume Soro, qui aurait opposé une fin de non-recevoir aux démarches initiées par son ex-collaborateur.

 

Y.T

 

Commentaires