Covid-19 : le vaccin a montré ses limites, l’Union Européenne regarde de plus en plus vers un traitement curatif

La vaccination contre la COVID-19 court -elle à sa faim? C’est possible. Surtout face à la colère sociale qui monte sans cesse contre les autorités européennes et américaines pour les limites des vaccins et les ”pass sanitaires”. Aussi l’Union Européenne est elle en train de changer son fusil d’épaule en  encourageant les traitements curatif. Civewsafrik.net a lu pour vous cet article Euractiv.fr ” Covid-19 : la Commission européenne veut stimuler le développement thérapeutique” paru le 17 juillet 2021. Déjà le 3 juillet dernier, la Commission européenne autorise un premier traitement contre la COVID-19, le remdesivir

”En début de semaine (12-13 juillet 2021), Bruxelles a organisé une rencontre paneuropéenne de deux jours dans le but de mobiliser le développement et la production de traitements pour aider les personnes souffrant de la maladie de Covid-19.

Si les vaccins jouent un rôle crucial dans la lutte contre la Covid-19, les traitements sont nécessaires pour limiter le besoin d’hospitalisation, accélérer le temps de guérison, réduire la mortalité et soulager les symptômes durables ou la Covid-19 longue. Ils continueront à jouer un rôle essentiel alors que le coronavirus ne cesse de muter et qu’il reste de nombreuses personnes qui ne peuvent ou ne veulent pas se faire vacciner.

 

A LIRE AUSSI://Un anti-parasitaire pourrait aider à soigner la Covid-19

 

L’événement a rassemblé 250 participants tout au long de la chaîne de valeur, provenant de 25 États membres de l’UE et d’autres pays, dans le but d’accélérer et d’accroître le développement et la production de produits thérapeutiques pour la Covid-19 dans l’UE. La rencontre s’est également concentrée sur les nouveaux médicaments et la réadaptation de ceux destinés à traiter tous les stades de la maladie.

Par ailleurs, les réunions visaient également à augmenter la participation des entreprises dans les chaînes de valeur de l’UE pour les produits thérapeutiques contre la Covid-19, à renforcer les liens entre les organisations et les entreprises et à faciliter la planification de la production.

Dans son discours d’ouverture, la commissaire à la santé Stella Kyriakides a déclaré que le fait que la moitié de la population adulte de l’UE soit entièrement vaccinée ne suffit pas encore à écarter le danger.

« Avec la propagation des variants et la résurgence des cas dans l’UE ces dernières semaines, le développement de traitements est plus nécessaire que jamais. J’encourage les entreprises à se manifester et à unir leurs forces pour développer et produire des médicaments contre la Covid-19 dans l’UE », a-t-elle indiqué.

Le commissaire au marché intérieur Thierry Breton a, quant à lui, souligné l’importance de nouveaux partenariats dans l’ensemble du système industriel.

« Nous voulons maintenant forger de nouvelles collaborations pour faire en sorte que l’Europe soit également à la pointe du développement de nouveaux traitements contre la Covid-19 permettant de sauver des vies », a-t-il déclaré.

L’événement constitue la dernière étape de la mise en œuvre de la stratégie de la Commission visant au développement et à la disponibilité des traitements adoptée en mai 2021. Cette stratégie couvre l’ensemble du cycle de vie des médicaments, depuis la recherche, le développement, la sélection de candidats prometteurs, l’approbation réglementaire rapide, la fabrication et le déploiement jusqu’à l’utilisation finale.

Cinq médicaments prometteurs

L’objectif fixé dans le cadre de la stratégie est d’obtenir l’autorisation de trois nouvelles thérapies contre la Covid-19 d’ici à octobre 2021 et éventuellement deux autres d’ici à la fin de l’année.

 

Le premier portefeuille de médicaments comporte cinq candidats, qui sont à un stade avancé de développement et pourraient bientôt être disponibles pour traiter des patients dans toute l’UE, a été annoncé à la fin du mois de juin.

Quatre de ces produits sont des anticorps monoclonaux en cours d’examen par l’Agence européenne des médicaments (EMA). Un autre est un immunosuppresseur, dont l’autorisation de mise sur le marché pourrait être étendue au traitement des patients atteints de la Covid-19.

De nouvelles thérapies devraient être ajoutées prochainement, car la Commission devrait établir un portefeuille d’au moins 10 thérapies potentielles pour la Covid-19 d’ici à octobre.

Étant donné que différents types de produits sont nécessaires pour différentes populations de patients et différents stades et gravité de la maladie, le groupe d’experts identifiera des catégories de

LIRE LA SUITE

Commentaires