STATUT D’ANCIEN PRESIDENT : Me Roger Diaz dénonce la violation des droits statutaires de l’ancien président Laurent Gbagbo

Me Roger Dakoury Diaz dénonce la mauvaise foi du pouvoir d’Alassane Ouattara qui viole les droits fondamentaux de certains citoyens ivoiriens dont Laurent Gbagbo, qu’il spolie abusivement de leurs statuts d’anciens serviteurs de l’Etat. Sa déclaration.

 

‘’Ouattara expose gravement la responsabilité fautive de l’État de Côte d’Ivoire après lui ?

Les lois ivoiriennes concèdent-elles, sans transaction possible, des droits à un ancien Président de la République, comme Laurent GBAGBO, que Ouattara leur fera trouver application à géométrie variable, et selon ses humeurs du jour… ?

Des agents de l’État de Côte d’Ivoire, de connaissance publique, contraints à l’exil pendant plusieurs années, reviennent-ils dans leur pays, sous la conduite et la protection du Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), et les acclamations suspectes de Ouattara, qu’ils feront l’objet de radiation systématique, sauf à s’encarter au RHDP…

Certains seront-ils même politiquement emprisonnés, au moyen de procédures judiciaires violant manifestement leur protection statutaire, au prétexte d’un accident de la circulation, infraction, au demeurant, dénudée d’élément psychologique, et sans constitution de partie civile, en l’espèce.

Des mises à la retraite d’office, de milliers d’agents de l’Etat, sans le moindre fondement légitime.

Combien sont-ils, aujourd’hui, les ivoiriens dont les droits sont délibérément piétinés, parce qu’ils ne sont pas estampillés RHDP ?

Mais, au-delà du manque à gagner chiffré que souffrent injustement ces nombreux citoyens ivoiriens, Ouattara est-il dans l’ignorance que de telles violations délibérées des droits des citoyens engendrent forcément des dommages multiformes ?

☆Impossibilité de se soigner•••

☆De se nourrir…

☆D’éduquer ses enfants…

☆De vivre aussi décemment…

☆De nombreuses pertes en vies humaines ayant une corrélation manifeste avec ces privations abusives…

À quel montant l’État de Côte d’Ivoire, de l’après Ouattara, évaluera-t-il le préjudice causé à tous ces militaires, emprisonnés depuis plus de 10ans pour certains, à l’issue d’un contentieux électoral ayant pourtant fait l’objet d’une amnistie, révolutionnairement personnalisée ?

 

  • À 5 milliards ???
  • À 10 milliards ???
  • À 100 milliards ??? Chacun ?

Lorsqu’on aime un pays, on ne lui garde pas autant de cadavres dans les placards.

Car, avec tout ce qu’une multitude subit actuellement, sous ce magistère, il est à parier que la responsabilité fautive de l’État de Côte d’Ivoire de l’après Ouattara sera forcément recherchée.

Et toutes ces actions prospéreront, tant les violations des droits des citoyens sont cocasses.

Afin que nul n’en ignore !”

 

Maître Roger Dakoury Diaz

Commentaires