TERRORISME : ‘’pour nos populations et nos territoires, nous avons l’obligation de faire face ; nous serons toujours capables de riposter’’ (le GL Lassina Doumbia)

Le Chef d’Etat-major des forces armées de Côte d’Ivoire, le général des corps d’armée, Lassina Doumbia,  a conscience de  la menace terroriste en Côte d’Ivoire.  A l’occasion de la 41ème réunion ordinaire du comité  des Chefs d’Etat-major  de la CEDEAO,qui s’est ouverte mercredi 17 novembre au Sofitel Hôtel, il a dit ce à quoi s’attend son  que son institution. Entretien avec la presse.   

 

La CI dispose-t-elle de moyens techniques pour faire face aux menaces terroristes?

GL Lassina Doumbia: Première chose, Tout ne réside pas en des moyens techniques. Il y a d’abord les hommes. Nous avons le personnel qu’il faut. Ils sont bien formés. Nous avons les moyens que nous avons souhaité avoir. Evidemment, ce sont des moyens d’un niveau technique assez élevé qui nécessite du temps pour leur maitrise. Ce que nous pouvons dire, c’est que nous pouvons faire face. Et de toutes les façons nous n’avons pas le choix. Nous avons l’obligation de faire face avec ce que nous avons. Et nous ferons face avec ce que nous avons.

 

Est-ce que des zones vous inquiète ? Qu’en est-il du parc de la Comoé ?

Non pas du tout. Les soldats sont formés pour manœuvrer sur les terrains qui sont les nôtres. Chaque armée s’entraine en fonction de sa géographie. La Côte d’Ivoire est un pays de forêt. La forêt de la Comoé ne peut pas être une zone difficile à manœuvrer. C’est vrai le parc de la Comoé offre beaucoup plus de refuges au groupes armés terroristes. C’est un fait. Mais nous sommes capables de les y débusquer.  Parce que nous sommes formés pour cela.

 

”Même si nous devons prendre un coup, nous avons appris à l’encaisser et à ne pas perdre nos moyens de réaction. Nous serons toujours capables de riposter”.

 

Est-ce que la Côte d’Ivoire garde toujours le cap, contrôle-t-elle le parc Comoé ?

Je vous disais qu’il s’agit d’une menace asymétrique. C’est à dire que l’ennemi n’est pas identifiable, n’a pas de caractéristique particulière. L’ennemi a l’initiative puisqu’il n’a pas de restriction comme nous. Il attaque toujours le premier. Nous sommes, quant à nous, astreints au respect des droits de l’homme. Ce qui nous oblige à cibler ; à véritablement travailler avant d’agir pour éviter de commettre une atteinte aux droits humains. En dehors de cela, oui nous gardons le cap.  Oui nous maitrisons nos terrains. Et je suis sûr d’une chose : même si nous devons prendre un coup, nous avons appris à l’encaisser et à ne pas perdre nos moyens de réaction. Nous serons toujours capables de riposter.

 

Pensez-vous que la reconfiguration de la force  française barkhane pourrait être catastrophique pour la lutte contre le terrorisme dans la région ?

Je ne peux pas présager de ce que va être la reconfiguration de Barkhane. La présentation de cette reconfiguration nous sera faite après.  Mais dans tous les cas l’avantage pour nous sera de  pouvoir anticiper à l’effet d’avoir la meilleure posture qu’il faut pour nos populations et nos territoires.

 

Retranscrit par A.J

Commentaires