BURKINA FASO : la rue en furie contre Christian Kaboré après des attaques djihadistes qui ont fait 53 morts dont 49 gendarmes

Au Burkina Faso, la grogne gagne les rues depuis quelques jours après des attaques particulièrement meurtrières perpétrées par les groupes djihadistes contre les populations civiles et les forces de défense et de sécurité.

 

Des composantes de la population burkinabè battent le pavé depuis quelques jours dans les rues de plusieurs villes du pays dont la capitale Ouagadougou. Elles protestent  vigoureusement contre l’impuissance du pouvoir du Président Roch Marc Christian Kaboré face aux attaques meurtrières répétées menées par les groupes djihadistes contre l’armée et les populations civiles au nord et au centre du pays.

En effet, le Burkina Faso fait face depuis 2015 à des attaques terroristes dans la partie sahélienne du pays. Ces violences qui ont parfois touché la capitale Ouagadougou, endeuillent depuis lors, les populations. Par ailleurs, la dernière en date était particulièrement meurtrière, car elle a coûté la vie à 53 personnes dont 49 gendarmes et 4 civils dans l’attaque d’un détachement de la Gendarmerie à Inata, dans la province du Soum le dimanche 14 novembre dernier au petit matin, aux environ de 05 heures 30 min.

 

L’onde de choc provoquée par cette attaque, a suscité la colère des populations qui sont descendues par dizaines de milliers dans les rues, les mardi 16 et mercredi 17 novembre à Ouagadougou, la capitale et dans plusieurs autres villes de l’intérieur du Burkina dont Bobo-Dioulasso, Titao, Dori ou encore Kantchari. Par cette action, les populations entendent exiger des actions fortes de la part du Régime du Président Roch Marc Christian Kaboré pour venir à bout des groupes terroristes.

Il faut noter en outre que, la colère populaire s’est déportée désormais sur le terrain politique où des manifestants réclament ouvertement la démission du Président Roch Marc Christian Kaboré.

HG

Commentaires