BURKINA FASO : l’ancien président Blaise Compaoré a convoqué les dirigeants de son parti ce samedi 20 novembre à Abidjan

Dans un courrier adressé aux dirigeants de son parti, le CDP (Congrès pour la démocratie et le progrès), en date du 16 novembre 2021, Blaise Compaoré, l’ancien Président du Faso, convoque à Abidjan  pour ce samedi 20 novembre 2021 le président du CDP en vue d’une réunion préparatoire au congrès du parti prévu les 4 et 5 décembre 2021 à Ouagadougou.

 

L’ancien Président du Burkina Faso qui vit en Côte d’Ivoire depuis novembre 2014 après la chute de son régime, semble toujours s’intéresser à la politique intérieure de son pays. En illustre une lettre qu’il a adressée le 16 novembre 2021dernier aux dirigeants du CDP, le parti politique qu’il a fondé en 1996 et qui a soutenu ses années de pouvoir jusqu’à la chute de son régime en 2014.

En effet, Blaise Compaoré a convoqué ici à Abidjan une réunion prévue se tenir ce samedi 20 novembre 2021 en vue de s’entretenir sur les questions de l’organisation pratique et des dispositions financières à prendre pour le congrès du CDP prévu les 4 et 5 décembre prochains à Ouagadougou.

 

A LIRE AUSSI://BURKINA FASO : la rue en furie contre Christian Kaboré après des attaques djihadistes qui ont fait 53 morts dont 49 gendarmes

 

Il faut le signaler sans faux fuyant que Blaise Compaoré tente de tirer les ficelles depuis son exil ivoirien à un moment où la situation politique et sécuritaire est plus que jamais tendue au Burkina Faso. Par ailleurs, les manifestations de la population, consécutivement aux attaques meurtrières des groupes djihadistes contre l’armée et les civils semblent lui redonner de l’espoir.

C’est le lieu d’indiquer que depuis hier une colonne de l’armée française parti d’Abidjan pour joindre, semble-t-il le Niger est bloquer au Burkina.

En effet, depuis jeudi 18 novembre soir, les jeunes de la ville de Kaya, dans la région du Centre-Nord, manifestent pour demander le départ des troupes françaises du Burkina. Ils refusent de laisser passer un convoi militaire française qui doit rejoindre le Niger, semble-t-il. Ces véhicules avaient déjà été bloqués à Bobo et Ouagadougou. Et la situation à Kaya, est pour l’heure dans l’impasse. Les jeunes du Burkina reprochent aux militaires français sa collusion avec les djihadistes qui dernièrement ont fait 53 morts dont 49 gendarmes à Inata.

 

HG

 

 

Commentaires