L’intersyndicale des travailleurs du Niger (ITN) regroupant quatre (04) organisations syndicales, notamment la Confédération générale des syndicats libres (CGSL), la Confédération des travailleurs du Niger (CNT), l’Union syndicale et progressiste des travailleurs (USPT) et l’Union des syndicats des travailleurs du Niger (USTN), s’inquiète de la détérioration du climat sécuritaire dans le pays  et exige le départ des forces françaises, rapporte le site d’information Continent Afrique.

 

En effet, l’ITN s’est ’interrogé sur la présence des forces étrangères, notamment les militaires français, qu’il a  qualifié d’« ennemis » du pays.

Pour ces organisations syndicales, suite aux  récentes attaques terroristes perpétrées dans les régions de Tillabéry et de Tahoua, ayant occasionné 69 morts à Banibangou, 16  à Ayorou et plus d’une dizaine à Tillia, selon un communiqué,« aujourd’hui, les Nigériens s’inquiètent et se demandent pourquoi les forces en présence au Niger sont incapables d’endiguer ce phénomène de déstabilisation du Niger », ont-elles déploré, ajoutant que « les Nigériens sont de plus en plus convaincus que les vrais ennemis du Niger et son peuple ne sont autres que l’État français, ses partenaires et ses valets locaux ».

 

A LIRE AUSSI://ENCERCLES AU BURKINA : Le Drian appelle au secours Marc Kaboré pour libérer ses soldats ; et L’Europe à un nouveau deal avec l’Afrique, sinon… 

 

« C’est pourquoi, le bureau de coordination de l’ITN a exigé « le départ sans condition de toutes les forces d’occupation illégalement installées pour que l’État du Niger, au nom de sa souveraineté, puisse diversifier ses partenaires en matière de défense », ont-ils indiqué dans le communiqué

Sévèrement critiquée au Mali et accusée d’abandon en plein vol par le Premier ministre Choguel Maiga, la France a entrepris de réorganiser son dispositif militaire de lutte contre les djihadistes au Sahel, en quittant  le nord Malien pour le Niger.

La semaine dernière, cette force française a annoncé avoir «neutralisé» une vingtaine de djihadistes au cours d’une opération aérienne près de la frontière du Mali.

 

NK

 

 

Commentaires