TERRORISME/BURKINA FASO : 9 gendarmes tués dans la nuit du dimanche au lundi, 40 portés disparus ; la situation sociale s’exacerbe

Neuf (9) autres soldats burkinabè sont tombés sous les balles des groupes terroristes et 40 autres disparus dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 novembre 2021 à Foubé dans le centre-nord du pays portant le bilan à 58 morts dans le rangs des forces de sécurité en moins d’une semaine.

 

Moins d’une semaine après les attaques meurtrières d’Inata dans le Sahel burkinabè qui avaient coûté la vie à 49 gendarmes burkinabè, une autre attaque vient d’endeuiller la grande muette dans le pays des hommes intègres.

 

A LIRE AUSSI://ENCERCLES AU BURKINA : Le Drian appelle au secours Marc Kaboré pour libérer ses soldats ; et L’Europe à un nouveau deal avec l’Afrique, sinon…

 

En effet, dans la nuit du dimanche 21 au lundi 22 novembre 2021, une autre attaque meurtrière a visé un détachement de la gendarmerie burkinabè à Foubé dans le Centre-nord. Le bilan de cette attaque fait état de neuf (9) morts dans les rangs des gendarmes, ce qui alourdi le bilan en nombre de morts,  qui passe désormais de 49 morts à 58 morts en moins d’une semaine et 40 portés disparus.

 

A LIRE AUSSI://BURKINA FASO : la rue en furie contre Christian Kaboré après des attaques djihadistes qui ont fait 53 morts dont 49 gendarmes 

 

Cette situation, il faut le souligner, contribuera nul doute à exacerber les tensions politiques qui sont déjà palpables entre la population qui exprime sa colère dans les rues des différentes villes du pays depuis un certain temps et le pouvoir du Président Roch Marc Kaboré qui paraît impuissant face à ces attaques djihadistes qui semblent s’éterniser.

Sur le front social, des manifestions ont été signalées à Ouagadougou la capitale du pays. Il s’agit des agents de la Maire de Ouagadougou qui réclament le paiement de leur arriéré de salaire de 12 mois qui porte sur la somme d’un milliard 5 cents millions de francs CFA. Au nombre de 418 travailleurs, ces agents dénoncent leurs conditions de vie précaires.

HG

Commentaires