CÔTE D’IVOIRE/DIASPORA BURKINABE : « nous réaffirmons notre soutien au Président du Faso, réélu par le peuple souverain du Burkina Faso »

Réunis ce jeudi 25 novembre 2021, des membres de la diaspora du Faso vivant en Côte d’ivoire, ont apporté leur soutien sans faille au Président Rock Marc Christian Kaboré, à l’armée, ainsi qu’au peuple burkinabè, face au phénomène du terrorisme qui frappe durement leur pays.

 

Des membres de la diaspora burkinabè vivant en Côte d’Ivoire se sont fait entendre ce jeudi 25 novembre 2021, face à la situation politique et sécurité à laquelle fait face actuellement leur pays. Des chefs de communautés, en passant par des leaders d’opinions jusqu’au citoyens lambda, ils ont effectué le déplacement pour marquer leur solidarité à l’endroit du peuple du Faso.

L’occasion était belle pour M. Kabré Yamba, journaliste influent et l’un des initiateurs de l’événement, pour exprimer l’engagement total et sans condition de la diaspora burkinabè aux côtés de son peuple. En outre, il n’a pas manqué de signifier  au nom de ses compatriotes vivant en Côte d’Ivoire, leur attachement au respect des institutions républicaines incarnées par le Président Roch Marc Christian Kaboré « Nous affirmons sans hésitation notre soutien au Président du Faso, réélu par le peuple souverain du Burkina Faso le 22 novembre 2020 » a-t-il déclaré.

Ils invitent par ailleurs, le Président du Faso à user de tout son pouvoir pour renforcer la cohésion et l’unité nationale en faisant les propositions suivantes :

  • La poursuite du dialogue national inclusif ;
  • La facilitation du retour volontaire des exilés ;
  • Le renforcement des capacités opérationnelles des forces de l’ordre et des volontaires ;
  • L’évaluation de la situation face au terrorisme avec la contribution des partenaires internationaux ;
  • La multiplication des partenariats en vue de diligenter des enquêtes pour déterminer la nature exacte du terrorisme, ses commanditaires, ses bénéficiaires, ses ramifications nationales et internationales afin de parvenir à des solutions durables.

Aux filles et aux fils du Faso, ils disent comprendre leur colère, mais leur demandent toutefois, d’éviter la guerre fratricide face à l’ennemi commun, le terrorisme.

A l’endroit de la communauté internationale, notamment, l’ONU, L’UA, la CEDEAO et les partenaires internationaux, ils lancent un appel à plus d’engagement avec les pays concernés par le terrorisme à savoir, le Burkina Faso, le Mali et le Niger, afin de trouver une solution définitive et rapide pour la stabilité et la paix dans la sous-région.

Cependant, M. Kabré Yamba, l’un des conférenciers, a dit ne pas comprendre qu’avec l’évolution de la technologie militaire, qu’on n’arrive pas à identifier un groupe d’individus qui  opèrent impunément dans un petit espace.

Il faut rappeler que le Burkina Faso fait face ces derniers temps, à une vague d’attaques terroristes meurtrières et sans précédent.

HG

Commentaires

error: Content is protected !!