MUGEF-CI/ ZADI GNAGNA : « Notre candidature, une réponse à l’appel des fonctionnaires pour des solutions novatrices à la prise en charge sanitaire »

Son nom rime avec avec la Plateforme Nationale des organisations professionnelles du secteur public et privé de Côte d’Ivoire où il a fait ses classes syndicales. Cependant, il n’est pas moins le président du conseil d’Administration de la mutuelle autonome des enseignants de Côte d’Ivoire, une sorte d’antichambre de la mutuelle générale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (MUGEF-CI) que Théodore Zadi Gnagnan ambitionne maintenant de présider. « Notre candidature, une réponse à l’appel des 365000 adhérents fonctionnaires et plus de 900 000 ayant droits pour des solutions novatrices à la prise en charge sanitaire », clame-t-il. Entretien

 

 

CIVNEWSAFRIK.NET: Qui est le candidat Théodore Zadi Gnagna?

Theodore Gnagna Zadi est inspecteur principal pédagogique de lettres modernes grade A5, président de la Plateforme Nationale des organisations professionnelles du secteur public et privé de Côte d’Ivoire et président du conseil d’Administration de la MAECI mutuelle autonome des enseignants de Côte d’Ivoire. J’ai près de 30 de service, 25 ans de syndicalisme de haut niveau avec à la clé des grandes conquêtes sociales pour les fonctionnaires à savoir, la réforme de la retraite, le paiement du SDA, l’intégration des journaliers à la fonction publique et le paiement de la bonification indiciaire de plus de 41000 fonctionnaires. Au plan mutualiste J’ai également plus de 20 ans de gestion de mutualité. J’ai une grande expérience en matière de gestion des mutuelles sociales, expérience dont la MUGEF-CI a besoin pour sortir de l’ornière.

 

Qu’est-ce que la MUGEF-CI pour vous et que croyez-vous que la MUGEF-CI représente pour le Fonctionnaire ivoirien ? 

La MUGEF-CI est la plus grande mutuelle de santé de la cote d’Ivoire et même de l’Afrique subsaherienne. La MUGEF-CI c’est plus de 365000 adhérents et plus de 900 000 ayant droits. C’est un instrument stratégique dans la prise en charge des fonctionnaires le pilier de l’administration publique ivoirienne. Vous comprenez donc que ce n’est pas du jeu. Pour diriger un tel un instrument il faut absolument avoir un vécu administratif, une expérience en matière de gestion des mutuelles sociales. De la bonne gestion de la MUGEFCI dépend en partie la performance de  l’administration publique ivoirienne.

 

 A LIRE AUSSI://MUGEF-CI/ÉLECTIONS FUTURES DES DÉLÉGUÉS : Théodore Gnagna ZADI lance sa campagne dans la cité des antilopes, Daloa

 

Pourquoi souhaitez-vous prendre les rênes de la MUGEF-CI ?

Nous souhaitons prendre les rênes de la MUGEFCI D’abord pour répondre à l’appel des fonctionnaires. Ensuite pour apporter des solutions novatrices aux problèmes de prise en charge sanitaire des fonctionnaires qui souffrent depuis ces quatre dernières années.

 

Quel est votre programme d’actions ? 

Nos solutions portent à la fois sur la moralisation de la gestion, les prestations, la vie mutualiste et les investissements. Au titre de la moralisation nous entendons déclarer nos biens une fois élu et faire en sorte que les émoluments des dirigeants soient déterminés en assemblée générale. Au titre des prestations nous allons supprimer la carte unique et intelligente et les produits optionnels. Les remplacer par une liste de médicaments remboursables évolutive qui atteindra 4000 médicaments. Nous allons supprimer les bons pharmaceutiques physiques. Nous allons rapprocher la MUGEF-CI des mutualistes par l’achat de véhicules médicalisés qui vont rallier les zones reculées pour prendre en charge les fonctionnaires.

Au titre de la vie mutualiste nous allons faire en ’ sorte que les fonctionnaires participent à la vie de leur mutuelle par la mise en place d’un comité consultatif national composé des responsables des centrales syndicales et des principales faîtières des fonctionnaires, des responsables des mutuelles des fonctionnaires. Enfin nous allons investir dans des secteurs porteurs comme les infrastructures sanitaires, l’immobilier et la banque. La plus-value de ces investissements nous permettra de faire passer la prise en charge sanitaire de 70% à 80% sans cotisation supplémentaire.

 

A.J

 

 

Commentaires

error: Content is protected !!