“3000 DOCTEURS NON RECRUTES” : Voici les cas de fraude que dénonce le collectif dans le ‘’recrutement’’

Si plusieurs docteurs sont au chômage en Côte d’Ivoire, c’est parce que le recrutement des assistants initié en 2020 et 2021, par les présidents des universités et le ministère de l’enseignement supérieur a été entaché de fraude et de graves irrégularités, confirme un document du collectif des docteurs non recrutés.

 

Selon ce document, « à la page 4 de la liste des admis » publié le 12 novembre 2021, «  le numéro d’ordre 45 est attribué à Dally Jean François Régis, né le 22/12/1988, doctorat de thèse unique, recrutement nouveau, discipline arts plastiques. Il convient de préciser que M. Dally est un sociologue formé à l’université Félix Houphouët-Boigny. Il a soutenu sa thèse le 26 août 2020 sous la Direction de Professeur Baha Bi Youzan, Doyen de l’UFR SHS de l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB). M. Dally est spécialiste en sociologie  politique et de l’intégration. Par ailleurs, pendant ce recrutement récent, l’INSAAC n’a pas fait d’appel à candidatures en sociologie. Sur la liste des auditions, M. Dally Jean François Régis est logé à la douzième place des candidats au Recrutement Nouveau, précisément dans la filière communication/science de l’information documentaire. Contre toute attente, le Candidat Dally Jean François Régis est déclaré admis avec comme discipline Arts plastiques. Comment cela peut-il être possible ? », S’interroge le collectif.

 

A LIRE AUSSI: //« 3000 DOCTEURS NON RECRUTES » : La police étouffe la marche prévue ce jour, une soixantaine de Docteurs interpelés 

 

« Toujours parmi les admis, Sagnon Ibrahima (numéro d’ordre 186) n’a pas fait les sciences économiques. C’est un Docteur en Géographie, formé à l’Université

Alassane Ouattara (Bouaké).

« On ne connait pas le jury qui aurait accepté d’auditionner un géographe à la place d’un économiste pour un poste en Sciences économiques. En plus, la filière des Sciences Économiques n’existe pas à l’université de San Pédro. Alors comment est-ce possible qu’on déclare quelqu’un admis dans une filière qui n’existe pas ? ».

En effet, Sagnon Ibrahima «  a soutenu sa thèse unique de Doctorat en géographie humaine, le jeudi 4 juin 2020, sous la direction de Professeur Bechi Grah Félix. La thèse de M. Sagnon Ibrahima a porté sur l’activité touristique dans la région du Gbêkê. C’est à ce titre qu’il postule à l’Université de San Pedro dans la spécialité Tourisme. Il a exposé devant le jury d’audition CTS-Lettres & Sciences humaines (jury 4) avec pour numéro d’ordre N° 85. Mais au regard de la liste des admis, M. Sagnon est retenu à l’université de San Pedro avec pour discipline les Sciences Économiques. On ne connait pas le jury qui aurait accepté d’auditionner un géographe à la place d’un économiste pour un poste en Sciences économiques. En plus, la filière des Sciences Économiques n’existe pas à l’université de San Pédro. Alors comment est-ce possible qu’on déclare quelqu’un admis dans une filière qui n’existe pas ? En fait, il s’agit d’une stratégie qui consiste à attribuer les places à des privilégiés. L’essentiel c’est d’inscrire le nom des protégés du système sur la liste des admis, car par la suite, chacun pourra se retrouver dans le département correspondant à sa formation initiale. La discipline indiquée sur la liste des admis n’est rien d’autre qu’un moyen pour masquer les choses en donnant l’impression qu’on a recruté les docteurs de différentes spécialités.  

 

A LIRE AUSSI://“3000 DOCTEURS NON RECRUTES” : plus de 195 millions dans les poches des présidents d’Universités et du ministère de Adama Diawara

 

La candidate Touré Matindjé (N°RES21-00001877) est spécialiste en sociologie du politique et de l’intégration. Pourtant, elle a été retenue à l’INJS comme spécialiste en Sciences et Techniques des Activités Sportives jeunesse, sports et Loisirs (STAPS-JL). Dans les disciplines ou postes à pourvoir, l’INJS a demandé le profil de sociologie du développement et non celui de STAPS-JL. D’où vient donc cet intitulé de discipline STAPS-JL ? Il vient d’être ajouté, disqualifiant ainsi les spécialistes en la matière. En outre, le fait de n’avoir pas intitulé précisément cette spécialité telle que libellée sur la liste finale a conduit plusieurs sociologues à s’y inscrire alors qu’ils ne le devraient pas. En réalité, cette discipline est une discipline fourre-tout où les postes sont réservés à des privilégiés de spécialités diverses. Cette nouvelle spécialité est donc attribuée pour légitimer des recrutements à l’INJS. De ce fait, Touré Matindjé occupe le poste d’un autre Docteur spécialiste de la question.

 Un autre Sociologue est admis à l’INJS dans les mêmes conditions que la candidate précédente. Il s’agit de Sanogo Pornan Mourlaye(N°RES2100000338), avec le même titre de Docteur en sciences et techniques des activités sportives, Jeunesse, Sport et loisir. Il convient de préciser que M. Sanogo Pornan a soutenu sa thèse de Doctorat Unique en 2020 sous la direction du Professeur Yéo Souleymane. Il est spécialiste en sociologie du développement et a travaillé sur la question des migrations en Afrique.

À l’UFHB, il n’y a pas eu d’appel à candidatures en sociologie. Mais, la sociologue Ya Kouamé Akissi Inès a été déclarée admise avec comme discipline la Techno-Pédagogie qui est une discipline de sociologie. Il convient de préciser que cette spécialité n’existait pas dans la liste des filières dans lesquelles les Docteurs pouvaient postuler, notamment à l’UFHB. »

Depuis le 3 novembre 2021, les docteurs non recrutés ont décidé de faire entendre leur voix auprès des autorités gouvernementales, notamment le Président de la République Alassane Ouattara afin  de bénéficier d’une intégration dans le tissu social. Ainsi, à la suite d’une marche organisée  à cette date du 3 novembre, dispersée par la police, 70 docteurs ont été arrêtés puis libérés quelques heures plus tard.

Le 22 décembre dernier, les docteurs non recrutés ont remis le couvert en projetant un Sit-in, une marche et  une grève de la faim au plateau, en vue de remettre leur doléance au Chef de l’Etat, Alassane Ouattara. Malheureusement pour eux, la police est encore  intervenue pour interpeler une soixantaine d’entre eux, qui ont été ensuite conduits à la préfecture de police d’Abidjan, où ils ont passé la nuit dans des conditions humiliantes.

NK

Commentaires

error: Content is protected !!