BURKINA/TIRS NOURRIS : la CEDEAO s’en mêle, un couvre-feu décrété, le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba, nouvel homme fort ?


Deprecated: sanitize_url est obsolète depuis la version 2.8.0 ! Utilisez esc_url_raw() à la place. in /htdocs/wp-includes/functions.php on line 5211

Mutinerie ou coup d’Etat au Burkina : bien malin celui qui dira ce qui se passe au pays des hommes intègres. Ces tirs nourris qui ont résonné dans le ciel du Burkina le dimanche 23 janvier, depuis 04 heures du matin  ont désormais une signature : le lieutenant-colonel Paul Henri Sandaogo Damiba qui serait le nouvel homme fort ?

 

Après le démenti  gouvernemental lu par le Général de Brigade Aimé Barthélémy SIMPORE,  Ministre de la Défense Nationale et des Anciens Combattants, qui a clamé à qui voulait l’entendre que les tirs nourris, qui ont tiré les burkinabés de leur sommeil matinal, n’avaient rien à avoir avec un coup d’état, la situation semble confuse depuis.

Le Président Roch Marc Christian Kaboré est demeuré invisible toute la journée du 23 janvier. Le seul signe de vie donné par le Président du Faso est le couvre-feu lu à la télévision nationale et dont il est le signataire. Lequel court de 20 heures à 05 H 30 minutes du matin.

Malheureusement, ce couvre-feu a été royalement piétiné par les militaires qui, jusqu’à 22 heures continuaient des tirs avec des armes automatiques et lourdes dans le quartier où se trouve la  résidence privée du Président Kaboré.

 

A LIRE AUSSI ://BURKINA FASO : des tirs nourris, une mutinerie maîtrisée dit le gouvernement ; la gendarmerie nationale se serait ralliée aux mutins…

La CEDEAO ne voulait pas soutenir le régime du Président Roch Christian Kaboré qu’elle se serait prise autrement.  Malheureusement  et parce qu’elle se sait comptable de cet imbroglio politique téléguidé par la France, elle a préféré, dans un communiqué, s’autosaisir pour voler au secours de ses lieutenants. N’est-ce pas le Président Kaboré qui a lu le comité sanction de l’UEMOA endossé par la CEDEAO ?   La CEDEAO va-t-elle sauver le soldat Kaboré ?

En effet, le Président de la Commission de la CEDEAO, note le communiqué, « suit avec une grande préoccupation la situation au Burkina Faso caractérisée ce dimanche 23 janvier 2022 par des tirs dans certains camps militaires du pays. La CEDEAO appelle au calme et marque sa solidarité avec le Président Roch Marc Christian, le gouvernement et le peuple du Burkina Faso. La Commission de la CEDEAO demande aux militaires de demeurer dans une posture républicaine et de privilégier le dialogue avec les autorités ».

Que dois faire le peuple quand les gouvernements démocratiques sont l’ombre d’eux-mêmes?

 

A.J

 

 

 

Commentaires

error: Content is protected !!