ATTENDUE AU BURKINA FASO: la société civile burkinabè ne veut pas du president Ouattara dans la délégation de la CEDEAO

En réunion ce samedi 29 janvier 2022 pour donner leur position sur l’arrivée prochaine d’une délégation de la CEDEAO au Burkina Faso, des associations de la société civile burkinabè se sont opposées à l’idée de voir le chef de l’Etat ivoirien fouler le sol du Faso.

 

Le Président ivoirien Alassane Ouattara est déclaré persona non grata au Burkina Faso, c’est ce qu’a décidé ce samedi 29 janvier la société civile burkinabè au cours d’une conférence de presse organisée à Ouagadougou dans la capitale du Faso.

En effet, après l’exclusion du Burkina Faso des instances de la Communauté Économique des Etats de l’Afrique de l’ouest le 28 janvier dernier (“jusqu’au rétablissement effectif de l’ordre constitutionnel dans le pays”), au cours d’un sommet virtuel extraordinaire des chefs d’Etat et de Gouvernements de la CEDEAO suite au putsch militaire intervenu dans le pays, une délégation de composée de Chefs d’Etat est attendue dans le pays cette semaine pour évaluer la situation.

 

A LIRE AUSSI://PUTSCH AU BURKINA FASO : la CEDEAO suspend le Burkina; la France félicite l’armée du Faso; un autre sommet le 3 février 

 

Cependant, dans cette délégation, la société civile burkinabè ne veut pas voir Alassane Ouattara l’actuel Président ivoirien. Elle menace même ouvertement de ne laisser aucun avion atterrir à Ouagadougou si d’aventure, cet appareil est a à son bord, le Président ivoirien “Nous prenons à témoin la communauté nationale et internationale, si dans qui l’avion qui doit venir ici au Burkina, s’il y a Alassane Dramane Ouattara dans cet avion, cet avion ne va pas atterrir au Burkina” a menacé l’un des conférenciers.

Il faut noter que le Président ivoirien est perçu par de nombreuses organisations de sociétés civiles en Afrique de l’ouest comme l’un des fervents partisans de la Françafrique à la solde des intérêts français au sein de la CEDEAO. Il est, par ailleurs, considéré comme étant à la base des lourdes sanctions économiques prises à l’encontre du Mali en début d’année.

HG

Commentaires

error: Content is protected !!