JUSTICE : les greffiers observent un arrêt de travail; le ministre Sansan Kambilé menace de les radier

En grève depuis le 27 janvier dernier, les greffiers de Côte d’Ivoire sont sommés par le ministère de la justice de mettre fin cette grève au risque de se voir radier de la corporation.

 

La grève entamée le 27 janvier dernier à l’appel de l’Union nationale des greffiers de Côte d’Ivoire, UNAG-CI, n’est pas du goût du ministre de la Justice et des Droits de l’homme, M. Sansan Kambilé, qui leur a intimé l’ordre à travers un communiqué de reprise de travail dès le lundi 07 février prochain, passé ce délai, selon le communiqué toute absence sera considérée comme un abandon de poste.

Par ailleurs, il n’a pas manqué de rappeler le caractère illégal de la grève  au regard des dispositions en vigueur, car se faisant au mépris des dispositions de “la loi N° 2015 – 492 du 07 Juillet 2015 portant statut des greffiers. Les rassurant que ‘’toutes les mesures sont prises pour assurer leur sécurité”.

A LIRE AUSSI: //ASSAINISSEMENT/SANTE : un centre de santé illégal fermé à Marcory; la liste des agents véreux démasqués et sanctionnés

Pour leur part, les greffiers ont tenu à dénoncer les agissements du ministre qui selon eux, viole certaines dispositions légales dont la loi n-2018- 974 du 27 décembre 2018. Face aux   revendications pourtant légitimes de ceux-ci (les greffiers), le Ministre de la Justice a décidé de : – Casser les portes des bureaux de Greffiers; – Permettre à du personnel non greffier et non assermenté de manipuler les dossiers pourtant confidentiels des justiciables; – Permettre à du personnel non qualifié de Manipuler les pièces à conviction; – Utiliser les Commissaires de justice pour la tenue des audiences (Commissaires de justice pourtant non fonctionnaires, non qualifiés et représentant les intérêts de parties à ces mêmes procès’’.

Ils entendent maintenir leur mot d’ordre de grève malgré la menace de la tutelle qui pèse sur leurs têtes.

HG

Commentaires

error: Content is protected !!