MALI/BURKINA : l’UE pose des conditions pour rester au Mali ; le Burkina rappelle ses militaires retraités pour combattre le terrorisme

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borell a adressé un courrier aux autorités maliennes dans lequel il souhaite que la présence de l’UE au Mali soit dissociée des activités du groupe Wagner. Au Burkina Faso, l’armée bat le rappel des troupes retraitées pour mieux combattre le djihadistes.

 

L’Union européenne veut continuer sa coopération avec le Mali mais refuse toute interaction avec les russes de la société paramilitaire de Wagner. C’est ce qu’a fait savoir M. Josep Borell, le chef de la diplomatie européenne dans un courrier adressé récemment aux autorités de la transition malienne, notamment le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop.

La présence des russes de Wagner au Mali constitue la pomme de discorde entre le Mali et la France ainsi que plusieurs pays de l’Union européenne qui considèrent cette présence comme quelque chose d’incompatible avec toute activité de l’UE dans le pays. Cependant, les autorités maliennes ont toujours démenti cette allégation affirmant qu’il s’agit de coopérants russes et non de mercenaires du groupe Wagner. Le contexte de la crise entre la Russie et l’Ukraine  apparait aujourd’hui comme un facteur aggravant  de cette situation.

 

A LIRE AUSSI://CÔTE D’IVOIRE/SENEGAL/NON RESPECT/EMBARGO CEDEAO CONTRE LE MALI : Macky Sall dément ; Abidjan accusé à son tour

 

Par ailleurs, les forces françaises de l’opération Barkhane et les forces européennes Takuba engagées dans la lutte contre le terrorisme au Mali ont dû se redéployer dans d’autres pays de la région notamment au Niger et peut-être bientôt au Burkina Faso toujours dans le cadre de la lutte contre les groupes terroristes qui déstabilisent plusieurs pays dans la région.

Le Burkina Faso justement qui est également en proie aux attaques djihadistes, vient de lancer le rappel de ses anciens militaires partis à la retraite entre 2019 et 2021 pour réintégrer les rangs de l’armée. En effet, un décret du Président de la Transition, le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Damiba, signé le 10 mars 2022 et dans lequel, « il est lancé pour les besoins de la Nation, un ordre de mobilisation des anciens militaires au titre de la réserve… » a annoncé le décret.

Il faut rappeler qu’une attaque perpétrée par les groupes djihadistes dans la journée du 13 mars 2022, a fait à nouveau 13 morts dans les rangs des forces de l’ordre sur l’axe Kaya-Dori.

HG

Commentaires

error: Content is protected !!