MALI-BURKINA : Cinq attaques font 15 militaires morts, des blessés et des dégâts contre plus de 11 djihadistes tués ; des militaires du Faso chez Goïta

Trois attaques simultanées ont fait 6 morts parmi les soldats maliens, un hélicoptère à moitié accidenté et de nombreux soldats blessés  par l’attaque djihadiste. A l’opposé, les forces armées maliennes ont dénombré dans le camp des djihadistes plus d’une dizaine de morts.  Le Burkina Faso est quant à lui touché dans la partie nord du pays par deux attaques dans la région du Sahel, occasionnant la mort de 9 militaires. Face à ces attaques que  multiplient les djihadistes autant au Mali qu’au Burkina,  une délégation des officiers burkinabés, sur l’initiative du Président de la transition burkinabè, Paul-Henri Sandaogo Damiba,  a été reçue ce lundi 25 avril 2022 au Mali.  La délégation a remercié le président Goita et le gouvernement pour l’appui aux opérations de sécurisation du Burkina. La coopération militaire pour chasser les djihadistes entre les 2 pays qui partagent 1200km de frontière a-t-elle véritablement commencé ?

 

 

Le Mali et le Burkina Faso veulent-ils unir leurs forces afin de faire face aux attaques de plus en plus ciblées des djihadistes.  C’est du moins le sens de la délégation des officiers burkinabés qui était à Bamako depuis le week-end à l’initiative du Président de la transition burkinabè, Paul-Henri Sandaogo Damiba.

Cette délégation d’officiers a été reçue ce lundi 25 avril 2022 à Bamako, par le chef de l’Etat malien Assimi Goïta. L’objectif de cette rencontre était d’évoquer la coopération militaire entre ces Etats du Sahel au moment où les attaques djihadistes se multiplient dans les deux pays.

Ce dimanche 24 avril 2022, les deux pays ont été ciblés par cinq attaques simultanées de la part des groupes armés. Les offensives ont visé particulièrement les forces armées maliennes et burkinabè.

 

A LIRE AUSSI://A ABIDJAN CHEZ OUATTARA: Faure Eyadema plaide la désescalade et invite la CEDEAO à maintenir le dialogue avec les autorités malienne, guinéenne et Burkinabè 

 

Au Mali, les camps militaires d’Alpha Maloba Maïga de Sévaré, de Bapho et de Niono ont été attaqués dimanche vers cinq heures du matin par « des véhicules kamikazes bourrés d’explosifs ». Le bilan fait état de six militaires tués et une quinzaine de blessés, selon un communiqué de l’armée malienne, qui précise avoir tué onze kamikazes terroristes lors de « ces trois attaques complexes terroristes. »

 

L’attaque serait l’œuvre des jihadistes du Jnim, le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans, lié à Aqmi. Le Jnim affirme même avoir capturé plusieurs combattants du groupe Wagner dans le centre du pays début avril. Ces « soldats des forces russes de Wagner », soutient toujours le communiqué du Jnim, auraient participé à l’offensive de l’armée malienne à Moura.

 

Au même moment, le Burkina Faso est touché dans sa partie nord du pays par deux attaques dans la région du Sahel. Les assaillants ont visé deux détachements militaires de Gaskindé et de Pobé Mengao, causant la mort d’une quinzaine personnes dont neuf militaires, souligne un communiqué de l’armée burkinabè. Des attaques djihadistes qui seraient attribuées aux groupes armés affiliés à Al-Qaïda et à l’Etat islamique (EI).

 

AY (avec APA)

 

Commentaires

error: Content is protected !!