MALI : le Gouvernement accuse l’armée française d’espionnage, de violation de son espace aérien et prend à témoin…

Un communiqué du ministre malien de l’Administration du territoire, publié ce mardi 26 avril 2022 a porté de graves accusations contre les forces françaises de l’opération Barkhane qui s’adonnent depuis un bon moment, à des activités qualifiées de subversif et d’acte d’espionnage. Il s’agit  survols de convois et de base de l’armée malienne par des drones et des aéronefs français et de leurs atterrissages sans autorisation sur le sol malien.

 

Le Gouvernement malien a fini par s’agacer du comportement des forces françaises sur son territoire,  comportement qu’il qualifie de  provocation. En effet, dans un communiqué publié ce mardi 26 avril 2022,  les autorités maliennes par le biais du ministère malien de l’Administration du territoire, ont accusé les forces françaises de l’opération Barkhane de s’être rendue coupable de 50 cas de violation délibérée de l’espace aérien du Mali.

Selon le communiqué, le comportement de l’armée française se traduit par des actes de défiance notamment, les refus d’obtempérer suite aux instructions des services de contrôle aérien, les falsifications de documents de vol, les atterrissages d’hélicoptères dans des localités hors aérodromes sans autorisation préalable et les vols d’avions de renseignement et de drones évoluant à haute altitude pour se livrer à des activités considérées comme de l’espionnage, de l’intimidation voire de la subversion.

 

A LIRE AUSSI://MALI-BURKINA : Cinq attaques font 15 militaires morts, des blessés et des dégâts contre plus de 11 djihadistes tués ; des militaires du Faso chez Goïta 

Par ailleurs, les autorités maliennes relèvent les faits suivants comme l’illustration parfaite de cette provocation française : le 20 avril 2022, le lendemain du transfert de la base de Gossi à l’armée malienne, un drone de l’armée française a survolé cette base qui, désormais était occupée par les maliens. Autre fait notable, le 21 avril 2022, une patrouille de Mirages 2000 a survolé à plusieurs reprises un convoi de FAMa en partance pour renforcer la base de Gossi.

Pour rappel, c’est autour de cette même base de Gossi que les forces françaises et maliennes se sont mutuellement accusées d’avoir fait des charniers le 20 avril dernier.

Au regard, de tous ces actes de provocation et de  défiance, les autorités maliennes ont purement et simplement demandé à l’armée française de quitter le territoire malien conformément à la décision qu’elles ont arrêtée le 18 février dernier concernant le départ de la totalité des forces françaises présentes sur leur territoire.

HG

 

Commentaires

error: Content is protected !!