FIFA : Gianni Infantino auditionné par la justice suisse

Selon plusieurs sources, contactées par « Le Monde », le président de la Fédération internationale de football, Gianni Infantino, sera entendu comme prévenu, à la mi-mai, par deux procureurs extraordinaires dans le cadre de la procédure pénale menée à son encontre depuis juillet 2020.

 

Entre deux séjours à Doha, dans le cadre des préparatifs de la Coupe du monde 2022, organisée du 21 novembre au 18 décembre au Qatar, Gianni Infantino va devoir honorer un rendez-vous judiciaire en Suisse. Selon plusieurs sources, contactées par Le Monde, le président de la Fédération internationale de football (FIFA) sera entendu pour la première fois comme prévenu, à la mi-mai, par les deux procureurs extraordinaires helvétiques Ulrich Weder et Hans Maurer.

Cette audition s’inscrit dans le cadre de la procédure pénale ouverte en juillet 2020 contre M. Infantino pour « incitation à l’abus d’autorité, à la violation du secret de fonction et à l’entrave à l’action pénale ». Contactée par Le Monde, la FIFA a assuré que « M. Infantino continuera de coopérer avec les autorités suisses, en personne, comme il l’a toujours fait ». Quant à MM. Weder et Maurer, ils ont indiqué « ne fournir aucune information sur des actes de procédure pendant une enquête pénale en cours. »

 

A LIRE AUSSI://COMITE NATIONAL OLYMPIQUE : Bamba Cheick Daniel et le Taekwondo retirent leurs plaintes et appellent à un olympisme nouveau au futur éclatant 

Elus en décembre 2021 par l’Assemblée fédérale helvétique, les deux procureurs extraordinaires essaient de faire la lumière sur trois rencontres secrètes (sans procès-verbal), en 2016 et 2017, entre M. Infantino et l’ex-procureur général suisse Michael Lauber, chargé des enquêtes en lien avec la FIFA entre 2015 et 2019 et démissionnaire en 2020.

A ce stade, outre M. Infantino, sont poursuivis M. Lauber, son ex-porte-parole, André Marty, ainsi qu’un ami d’enfance du président de la FIFA, le procureur du Haut-Valais Rinaldo Arnold.

Sur fond de soupçons de collusion entre la FIFA et des procureurs suisses, MM. Weder et Maurer cherchent à savoir quel a été le contenu des discussions lors de ces rencontres secrètes. Dans un rapport disciplinaire de mars 2020, l’autorité de surveillance du ministère public de la Confédération (AS-MPC) précisait que « les motifs des réunions que M. Lauber a proposés se sont révélés infondés ».

« Amnésie collective »

En 2020, le Tribunal administratif fédéral (TAF) avait conclu que « le procureur général a délibérément caché la vérité à l’AS-MPC lors de son audition du 12 novembre 2018 et qu’il a consciemment tu la troisième rencontre avec le président de la FIFA ».

« Un tel cas d’amnésie collective relève de l’aberration », avait estimé le TAF alors que MM. Lauber, Marty, Arnold et Infantino ont tour à tour « omis » de mentionner aux autorités leur participation à cette troisième rencontre organisée, le 16 juin 2017, à l’hôtel Schweizerhof de Berne. Selon l’AS-MPC, ce jour-là, les « procédures de la FIFA » auraient été au centre des discussions.

LIRE LA SUITE

Commentaires

error: Content is protected !!