FESTIVAL DE LA MARAHOUÉ : l’orpaillage clandestin et la destruction du parc de la Marahoué au cœur des festivités

Le Festival de la Marahoué avait au cœur des festivités l’orpaillage clandestin et la destruction du parc national de la ladite localité.

 

“Il y a quelques dizaines d’années, c’était la joie totale pour nous quand nous visitions le parc national de la Marahoué. Cependant, aujourd’hui il n’existe que de nom. Il a été totalement défiguré. On y trouve, en effet, des plantations de cacao, des campements, des écoles etc…Quant à la zone du peuple yowlè, c’est l’orpaillage clandestin qui y sévit. Tous les endroits cultivables sont jonchés de trous de plusieurs mètres. Forts de ce constat, nous, originaires de Bouaflé, devons-nous lever pour dire NON à la destruction de la faune et de la flore de notre région. Nous estimons de notre part, que  le festival est l’un des moyens privilégiés pour faire passer aussi le message. ” a indiqué d’entrée, le Commissaire du FESMA, monsieur TSE GAUZE GUILLAUME, les objectifs à atteindre, le 30 avril 2022 au complexe sportif de Koblata.

Il a insisté sur le fait que,  l’enjeu de la première édition du FESMA était de taille, parce que devant déterminer sa pérennisation, mais également, attirer l’attention de l’opinion départementale et régionale sur les dégâts que causent l’orpaillage clandestin et la destruction du parc de la Marahoué.

Au regard de cette opinion, il est loisible d’affirmer que les enjeux et  les défis sont assez colossaux. Et que l’éradication de ces fléaux, requiert absolument la conjugaison de toutes les énergies pour traduire dans les faits le thème de cette première édition, à savoir, Ecotourisme et Développement Durable.

 

A LIRE AUSSI://BOUAFLE/FÊTE DES MOISSONS A L’EGLISE AEECI : les fidèles apportent des vivres et s’engagent à bâtir la maison de l’Eternel, sans retenue

 

Il faut noter que le premier défi est de faire accepter par tous, l’intérêt commun de la lutte. À preuve : comment comprendre que  la quasi-totalité des sponsors et les élus locaux qui ont préalablement donné leur accord de principe, ont brillé par leur inaction. Même les cadres et  opérateurs économiques de la Marahoué n’ont pas voulu lever un seul doigt. Est-ce un problème de communication ou un manque criard d’intérêt de leur part? Ou bien, cette campagne est-elle opposée à leur intérêt personnel ?

Du coup, toutes les conférences ont été annulées sine die. Seules les prestations d’artistes et le tournoi de maracana prévus pour meubler ce festival, ont pu se dérouler, avec un réel engouement.

Ainsi, Maracana Club des Amis de Bouaflé (M.C.A.B.) a défait en finale  , Maracana Club de Bouaflé (M.C.B.) par le score  de 3 buts à 1, lors du tournoi marquant le lancement du  Festival de la Marahoué (FESMA) , et qui a regroupé les 4 clubs de la discipline de la cité du violet blanc .

 

Oumeakov YAO

Correspondant régional

 

Commentaires

error: Content is protected !!